AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  Partenaires  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Code du territoire : Z-Γ :: Le Territoire Gamma - La Fosse Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

FIN DU MOUVEMENT SECOND || Le casse du siècle

avatar
Analyses : 344
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Juin 2015 - 22:12
Fin du Mouvement Second
Le Casse du Siècle


Et si vous saisissiez l’occasion de faire bouger les choses ?


Ce qui devait arriver arriva.

Le peuple a faim, le peuple se meurt. Une minorité d’Agents, de Scientifiques et de Cobayes osent faire entendre leur voix, à l’instar des Civils. Les émeutes grondent et entraînent peu à peu le pays dans un chaos pire que celui que nous connaissons actuellement. Pourtant, aussi étrange que cela puisse paraître, les émeutes restent relativement minimes à l’heure actuelle. Mais elles sont là, bien présentes. Et désormais, il est temps pour vous de vous dépêtrer de votre quotidien de marionnette, de vous redresser, et d’agir selon votre guise. Ou vos propres intérêts. Qu’importe votre affiliation et vos idéaux, puisque chacun de vous aura entendu, lu ou reçu une étrange information qui aura forcément attiré votre attention. Les informateurs circulent fébrilement dans chaque recoin de la Grande Ville de la Zone Alpha, laissant le bouche-à-oreille faire le reste. Eh oui. Au fur et à mesure que vos propres informations s’affûtent, vous réussissez enfin à monter brique par brique l’étrange plan qui se met peu à peu en place dans l’ombre du Gouvernement. Un plan fou, idiot, peut-être même suicidaire, fomenté par la Mafia et par un mystérieux petit groupe de ce qu’on commence à appeler les « Révolutionnaires » ou les « Contre Auroriens ». Prenez ça comme un jeu, comme le font tant d’autres. Et quel est le but de ce jeu ?

S’introduire dans la Zone Gamma, et dérober l’équivalent de cent tonnes de nourritures entreposées dans des locaux de stockages sécurisés appartenant au Gouvernement. Impossible, nous direz-vous ? Tant que l’on n’essaie pas, on ne peut pas juger.

Si vous êtes là, c’est que vous avez accepté de prendre part au plan monté par les Révolutionnaires. Si vous êtes là, c’est que vous êtes forcément prêts à agir. Vous qui connaissez les secrets de Aurora, vous qui avez des proches dans les mains de l’Enfer, sans pour autant être au courant de leur torture quotidienne. Vous qui souhaitez tout simplement renverser, un jour, le Gouvernement et sa prétendue démocratie. Vous, qui avez faim.

Mais, il y a aussi vous. Vous, prêt à aller à l’encontre de ce plan. Vous êtes forcément l’un ou l’autre à faire semblant d’agir pour ce plan, n’est-ce-pas ? Vous, qui êtes là par hasard, curieux ou prêts à mettre des bâtons dans les roues de ce plan. Vous, qui êtes pour le Gouvernement, pour Aurora, prêt à empêcher les chefs et les participants à ce casse d’agir. Par n’importe quel moyen. Vous êtes forcément là, dissimulés dans la foule, amusés ou terrifiés à la simple idée que des humains puissent renverser d’un claquement de doigt les dirigeants de ce pays. Vous êtes forcément là, mais peu nombreux. Vous êtes là uniquement parce que vos oreilles ont entendu des bribes d’une conversation étrange, au détour d’une ruelle. Mais, êtes-vous seulement sûrs de vouloir agir ainsi ? N’avez-vous pas faim, vous aussi ? A vous d’entrer en jeu. A vous de servir ou non ce qui pourrait être considéré comme l’un des plus grands casses de ce siècle.

Bonne chance à tous...


Informations supplémentaires :

• Cet event est ouvert à tout membre qui souhaite participer au casse organisé par la Mafia et par ses complices, ou au contraire empêcher ce plan d’arriver à terme. Comme vous l’aurez compris, n’importe qui peut participer. Même ceux qui veulent mettre le bazar !
• Attention cependant à ces derniers, car vous serez forcément minoritaires, puisque seules les personnes qui ont des comptes à rendre envers la Corporation ont été informé de cet événement. Et si vous voulez empêcher ce plan d’arriver à terme, il vous faudra être prudent, rusé... mais surtout discret.
• Pensez à lire le post du PNJ Informateur, qui se trouve juste en dessous de celui-ci. Ce post explique et résumé l’organisation et les différents groupes qui agiront pour que le vol de toute cette nourriture arrive à son terme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matricule : Civil
Analyses : 7
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Juin 2015 - 22:15
Que la partie commence...




Zone Gamma - bâtiment abandonné • 20:54.
___

C’est qu’il s’amusait, L’Informateur. Dissimulé dans la petite foule qui s’était agglomérée à l’intérieur d’un garage délabré de la Zone Gamma, il attendait silencieusement, comme tout le monde. Il attendait que quelque chose se passe, que quelque chose le sorte de l’ennui dans lequel il était plongé. Lui aussi, avait entendu la rumeur comme quoi un groupe de Contre-Auroriens s’amuserait à dérober de la nourriture appartenant au Gouvernement, afin de la redistribuer dans les quartiers pauvres. Ce n’était pas tant l’acte qui l’intéressait - bien qu'il ait faim comme tout le monde. Lui, il voulait juste se distraire. Et accessoirement, emmerder le Gouvernement.

Une rumeur s’éleva au sein de la foule au bout de plusieurs minutes. Il y avait de tout. Des hommes, des femmes, des petits, des grands, des baraqués. Des gens cagoulés, d’autres dont le visage était camouflé par une ample capuche, tout comme L’Informateur. Personne n’osait parler à haute voix. Par peur de se faire repérer, peut-être ? Non. Plus par impatience, sans doute. Tous ces gens avaient réussi à franchir la frontière qui séparait les Zones Civiles des Zones du Gouvernement. Réussir à franchir la frontière de la Zone Bêta était déjà un exploit. Poser le pied dans la Zone Gamma était une véritable réussite. Si quelques uns avaient décidé d’y entrer par eux-mêmes - laissant malencontreusement des morts derrière eux, d’autres avaient opté pour l’aide indirecte de la Mafia et de ses complices. Ainsi, ces derniers avaient pu franchir en cachette la frontière tranquillement, du moment qu’ils étaient accompagnés d’une personne qui avait la possibilité d’accès aux Zones habituellement interdites aux Civils.

La rumeur devint bientôt un brouhaha, lorsque une très faible lueur éclaira le garage. Les têtes et les regards se levèrent en direction d’un petit groupe, qui se démarquait étrangement de la masse. Tout le monde savait instinctivement qu’il allait se passer quelque chose. Chaque individu s’écarta de l’autre, et les plus grands restèrent assis. Ainsi, tout le monde pouvait voir ce qui allait se dérouler.

L’Informateur resta assis dans un coin, le visage teint d’une attention qui lui était peu commune. Il observait. Il observa un garçon se mettre en avant, pendant que les autres commençaient à couvrir la surface de la pièce. Aux côtés de l’objet de son observation, il repéra une silhouette vaguement plus petite, et plus féminine. Un silence s’abattit noblement au sein du lieu de réunion improvisé. La lumière blafarde qui éclairait la pièce était bien trop faible pour que chacun puisse percevoir le visage de l’autre. Une chose qui était sans doute voulue.

La voix du garçon finit par rompre le silence.

« Bienvenue à tous. Je suis ravi de voir qu’autant de volontaires soient prêts à mettre des bâtons dans les roues de notre bien aimé Gouvernement. »

L’Informateur décela nombres de sourires dans la foule. Le garçon, quant à lui, continua son discours en s’avançant lentement à travers la foule. C’était une jeune voix. Un jeune homme, sans aucun doute. Malheureusement, notre observateur ne pouvait déceler le visage de l’orateur, caché par sa capuche et par la sombre écharpe qu’il arborait.

« Si vous avez accepté de risquer le tout pour le tout, en s’introduisant illégalement dans la Zone Gamma, c’est que vous n’avez plus grand chose à perdre. »

Sans nul doute, oui.

« J’espère que vous êtes conscients de ce détail. Désormais, vous ne pouvez plus reculer. Votre identité propre m’importe peu, et celle des organisateurs de ce casse ne vous sera d’aucune utilité. Certaines personnes qui sont présentes me connaissent sans doute, mais cela n’a pas d’importance, tout comme vos aboutissements personnels. Ce que vous désirez ne m’intéresse pas, et ne me regarde pas. De toute façon... »

Il continua à s’avancer, plus lentement cette fois-ci.

« Que vous souhaitiez rétablir un nouveau pouvoir, extirper vos proches de la Corporation, ou je ne sais quoi... à la fin, nous avons tous le même but, n’est-ce-pas ? Si les actes que vous allez réaliser aujourd’hui vous aiderons dans vos buts futurs, il vaudrait mieux pour chacun d’entre vous que vous collaboriez les uns avec les autres. Au fond, nous nous ressemblons tous. Profitez de ce point commun, puisque ce monde ne nous donne plus l’occasion d’être humain envers notre prochain. »

Silence. Au fond, ces paroles n’étaient-elles pas un message indiquant à chacun d’agir sans se détourner du but final de cette mission ? Sans doute. C’était à prendre comme un début d’avertissement. Pourtant, l’Informateur sentait autre chose. Quelque chose qu’il ne parvint pas à définir.

L’orateur quant à lui, semblait satisfait. Il tourna les talons et se dirigea à l’avant de la foule. Devant lui, un petit groupe de personnes étaient en train de s’affairer. A quoi, l’Informateur ne le savait pas. Il ignorait totalement l’objet d’une telle frénésie. Placé comme il était, le jeu de lumière qui éclairait la pièce ne lui était pas favorable.

Après un silence tendu, le garçon fit un signe de la main en direction d’un petit groupe placé à l’écart. Aussitôt, une lumière murale s’alluma, exposant aux yeux de tous une série d’affiches, d’images et de notes, disposés de manière méthodique le long du mur qui faisait face à l’assemblée. L’Informateur observa cet étrange agencement, avant de reporter son regard sur le garçon et sur la jeune femme qui se trouvait à ses côtés.

« Bien, » continua l’orateur, en pointant d’une façon quasi-nonchalante les affiches placardées sur le mur. « Nous allons vous exposer le plan d’intervention, dans ses moindres détails. J’aimerais avoir toute votre attention. Nous ne détaillerons le plan qu’une seule et unique fois, alors tâchez de rester attentif du début jusqu’à la fin. »

L’Informateur décelait un air étrangement sérieux. Autant chez les ‘présentateurs’ que chez les ‘bénévoles’.

« Avec la Famine qui frappe actuellement le pays, vous vous doutez sans doute du but de ce casse ; dérober l’équivalent de cent tonnes de nourriture, entreposées dans les stocks sécurisés du Gouvernement. »

Devant l’air surpris et sceptique qu’affichait la foule, le jeune homme longea le mur et pointa un plan représentant un bâtiment gouvernemental de la Zone Gamma, prénommé « H ». Le plan était suffisamment grand pour que toutes les personnes présentes dans la salle puisse le voir en détail.

« Nous aurons droit à un temps d’action de cinq heures, pas plus. Le temps de dérober la totalité du stock entreposé dans le bâtiment qui nous intéresse. »

Devant l’air toujours plus indécis de certains, le garçon afficha un étrange sourire sur le visage avant de lever quatre de ses doigts, tout en poursuivant son explication.

« J’en viens au fait, ne vous en faites pas. Après une discussion poussée, nous avons décidé de diviser la totalité du groupe en quatre équipes. »

Le garçon se déplaça, et pointa du doigt un plan de la zone qui abritait le fameux bâtiment H.

Points d’actions:
 

« Les deux premières équipes serviront à la diversion. Votre but sera simple ; mettre le grabuge pour attirer suffisamment longtemps l’attention des agents et des policiers gouvernementaux qui surveillent la zone visée. Vous aurez en tout et pour tout quatre points principaux d’agissements, qu’il vous faudra rejoindre toutes les heures au grand maximum. Je donnerais un plan détaillé aux personnes qui agiront dans ces deux groupes. Le but du jeu n’est bien évidemment pas d’attenter aux vies humaines qui entourent la zone de l’entrepôt H. Les délits matériels seront amplement suffisants. Faites en assez pour attirer l’attention des forces de l’ordre, sans pour autant vous mettre en danger. Le rôle des équipes 1 et 2 sera le plus capital, mais également le plus risqué. J’ai à l’avance choisi cinq personnes de confiance qui dirigeront les actions de ces deux équipes. Pour les bénévoles qui se décideront à les rejoindre, j’espère de votre part un peu de tolérance envers vos ‘chefs’ temporaires. »

Ceci dit, l’orateur se stoppa un moment, avant de pointer un plan détaillé de l’entrepôt H.

« Les premières équipes n’agiront qu’un quart d’heure après l’entrée en action de la troisième équipe ; celle des ‘déménageurs’. Cette équipe sera composée de trente personnes, et sera dirigée par ces six individus ici présents, » précisa le garçon en désignant un petit groupe qui se tenait plus à l’écart, près de la porte de sortie. « vous l’aurez compris, leur rôle consistera à charger l’équivalent de cent tonnes de nourriture dans une cinquantaine de camions. »

L’inconnu souligna ses propos par des clichés affichés au mur. Allant d’un simple camion, au camion d’une entreprise fictive privée.

« Les camions sont déjà en chemin, à l’heure qu’il est. Pour en revenir à la troisième équipe, leur première mission consistera à la neutralisation des gardes qui entourent les locaux de stockage. Sachant que les gardes se relaient à minuit et à six heures du matin, nous agirons lors de la première relève. Seuls vingt-cinq gardes surveillent l’entrepôt H, pas plus. Qu’ils soient à l’extérieur ou à l’intérieur. »

Une agitation muette s’emparait de la foule.

« Les Déménageurs seront divisés en deux groupes ; le premier, composé de quinze personnes, neutralisera la totalité des gardes pour permettre au second groupe de passer sans crainte. Dès que le premier groupe aura finit son travail, il rejoindra le second afin de l’aider à charger la nourriture stockée. A partir de là, les premiers camions devraient commencer à arriver. Chaque camion a une capacité de stockage maximum de cinq tonnes, mais deux tonnes par camion suffiront amplement. Dès qu’un camion sera chargé, il devra de suite quitter la Zone Gamma. Il devrait y avoir suffisamment de chariots élévateurs dans l’entrepôt pour que la troisième équipe agisse au maximum de ses capacités. Quelques ‘bénévoles’ seront postés aux entrées et aux sorties de l’entrepôt, au cas ou un incident se produirait. Ces mêmes personnes resteront en contact permanent avec les deux premières équipes, afin d’éviter tout problème de taille. »

L’orateur indiqua une petite salle, située sur le plan du bâtiment H.

« La quatrième équipe servira de couverture à la troisième, cette fois-ci. Elle sera composée de Hackers préalablement sélectionnés, puisqu’il s’agira d’une couverture informatique. Cette équipe devra agir en permanence dans la salle de surveillance afin de trafiquer les enregistrements de l’entrepôt. Le circuit étant interne, le hackage se fera obligatoirement à l’intérieur de la salle. Le tout étant de ne pas attirer l’attention, ni d’éveiller les soupçons du Gouvernement. Chacun pourra s'échapper en montant dans les camions qui quitteront petit à petit la Zone Gamma. »

Soudainement, le garçon se tut, et jeta un coup d’œil à la jeune femme qui se tenait à ses côtés. Cette dernière longea le mur, avant d’indiquer une carte du pays, qui comportait nombres d’endroits entourés.

« En plus des pass en cas de contrôle, vous trouverez dans chaque camion un itinéraire précis, qu’il vous faudra obligatoirement suivre. Les endroits entourés indiquent des propriétés privées appartenant à la Mafia ; il s’agit le plus souvent de caves ou de granges, suffisamment grande pour stocker quatre tonnes de nourriture au grand maximum. Deux camions peuvent avoir le même itinéraire. Dès que vous aurez rejoint votre point d’arrivée, le contenu des camions sera déchargé. Plusieurs personnes seront déjà présentes sur les lieux de rendez-vous. »

Après un temps, le garçon reprit la parole.

« Nous nous occuperons du devenir des camions par la suite. Dès que tous les chargements seront arrivés à bon port, le ‘butin’ sera réparti dans le Marché Noir de la Zone Alpha. La Mafia s’occupera de la régulation de la nourriture, pour éviter tout... débordement. Vous aurez tous droit à votre part, bien évidemment, si vous restez aux abords de la Zone Alpha. C’est la plus peuplée, et donc la plus touchée par la famine. Il est plus logique que nous agissons d’abord dans ce périmètre pour la répartition de la nourriture volée. De plus... » ajouta t-il, un énième sourire aux lèvres. « Les riches ont assez de nourriture, bien qu’ils soient minoritaires. Il serait juste que la balance penche en faveur de la population majoritairement pauvre une bonne fois pour toute. »

Bien que le silence demeurait toujours, l’Informateur sentit une approbation silencieuse de la part de chacun. Des murmures s’élevèrent des quatre coins de la pièce, avant d’être stoppé par le raclement de gorge du mystérieux orateur.

« J’aimerais souligner une dernière chose. La plus capitale d’entre toute. Il est logique qu’un plan peut parfois tourner au vinaigre. Si cela arrive, vous aurez deux solutions ; penser à votre propre personne et vous mettre à l’abri, ou poursuivre votre ouvrage jusqu’au bout. De notre côté, les chefs des quatre équipes feront le maximum pour protéger vos actes et vos identités, si vous désirez les cacher ou non. Cependant... il se peut qu’il y ait des fauteurs de troubles parmi vous, ou des personnes aux intentions plus sombres. Ce casse est contrôlé et surveillé au maximum de ce dont nous sommes capables. Si une seule personne se permet d’agir contre les autres, ce sera rapidement su. Et si les choses dégénèrent, le fauteur de trouble sera éliminé. Sans plus. »

Personne n’eut une réaction exagérée. L’Informateur était surpris de la compréhension dont pouvait être capable les êtres humains dans une époque telle que la nôtre.

« Il vaut mieux qu’une personne meure, si cela peut sauver celles de milliers d’autres. »

Le ton prit par l’orateur indiquait clairement que son discours était clos. Ni plus, ni moins. Dès que le garçon se tut, un petit groupe de mafieux s’approcha de la foule, et distribua une série de règles et de cartes, à petite ou à grande échelle.  

« Imprégnez vous des documents que nous sommes en train de vous distribuer. Vous nous rendrez ses feuilles avant que le début de la mission commence. »

Le garçon jeta un coup d’œil sur sa montre.

« Nous entrerons en action à partir de minuit. Il nous faudra une bonne heure pour atteindre l’entrepôt H, nous partirons à 22 heures tapantes pour nous laisser une marge en cas de problème. Des questions ? »

Personne n’osa élever la voix. Souriant, l’orateur s’éloigna et s’écarta, pour que chacun puisse observer les différentes notes et les différentes cartes exposées face à la foule.

« Bonne chance à tous. Je suis certain que vous agirez de votre mieux. »

Ceci dit, une nouvelle effervescence s’empara de la foule. Les murmures se firent plus bruyants, le mouvement des personnes rassemblées plus amples. Certains discutaient entre eux, ou avec les organisateurs de la mission, d’autres s’approchèrent des cartes et des notes exposées aux yeux de tous.

Désormais, une seule question restaient en suspens dans l’esprit de chacun.
Ce plan allait-il se dérouler comme prévu ?


Résumé:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Scott Pray
Anarchiste
Âge : 32
Masculin
Matricule : Civil
Profession : Prof. de piano
Liens : Une note de musique
Analyses : 47
Double-Identité(s) : Amy Desford, Cassie Staverton
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Juil 2015 - 22:26




 

   

   
Scott
Pray

   Feat  
des gens...

 

 
   
   Event 
   

J'écoutait attentivement le discours. Notre orateur avait une excellente façon de s'exprimer et il avait su trouver les mots qu'ils fallaient pour rallier tous ces pauvres gens à sa cause. Dans ma tête je ne pouvais m'empêcher de me dire que ce casse n'était pas une bonne idée et que beaucoup d'entre nous allait y rester. Et pourtant j'étais là, debout avec les autres, buvant les paroles de l'homme dont on ne voyait pas le visage. A chaque phrase que l'homme prononçait il y avait des "il a raison" ou bien des "Ce sont les riches qui nous volent" ou encore "tuons les tous". Je riais intérieurement, mêem si il n'y avait pas de quoi. Nous allions voler le Gouvernement de tous les stocks de nourriture possibles. Et si mes informateurs m'avaient dit vrai, le Gouvernement possèdent des armes humaines dévastatrices. C'était donc une mission suicide...


Je soupira un coup puis des gens commencèrent à faire circuler des formulaires parmi la foule.JE reçus un dossier contenant le plan d'action, la carte de la ville, les différentes choses à savoir ainsi qu'un formulaire. JE le lu scrupuleusement puis y répondit clairement.


Nom: Pray
Prénom: Scott
Age: 32
Sexe: Masculin
Profession: Professeur de Piano

Vos compétences: La discrétion est l'un de mes points forts, je sais faire preuve de diplomatie aussi, je suis quelqu'un d'intelligent, j'agis vite et rapidement, je me débrouille aussi en informatique si besoin.
Vos points faibles: Je suis quelqu'un de solitaire, le travail en équipe est quelque chose de compliqué pour moi mais je peux faire un effort pour la bonne cause.
Vos motivations: Aurora m'a kidnappé ma femme, le Gouvernement ne fait rien pour me la rendre, des centaines de familles ont été séparés de leur proches alors si je peux faire chier le Gouvernement en faisant plaisir à ces familles moi ça me va.
Le poste souhaité: A vrai dire je pense que l'équipe 1 ou 2 me conviendrait parfaitement, j'ai besoin de me défouler un peu et si je peux casser des trucs ça m'aiderait grandement.


 

Je relus une dernière fois mon formulaire en souriant. Oui c'était une mission suicide si jamais le Gouvernement nous envoyait les "cobbayes" mais qu'importe, les gens allaient enfin pouvoir manger à leur faim après cette famine. Je tendis mon document à une personne chargée de les ramasser et parti m'asseoir sur le sol dehors en fumant une cigarette.

 
   
Résumé:
 
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Coralyne J. Marescotti
Parrain de la Mafia
Âge : 23
Féminin
Matricule : Mafieux
Profession : Parrain de la Mafia
Analyses : 62
Double-Identité(s) : Tempérance P. Van Enlise
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 4 Aoû 2015 - 14:31





₪۩۞۩People₪۩۞۩₪

[EVENT : LA FAMINE] Le Casse du Siècle :
A nos armes.
"Et le butin n'est que chimère si l'on oublie des cartes..."




La foule semblait possédée un seul et même esprit. Ce n’était  pas à une centaine de personnes que nous nous adressions, mais à une seule et même entité. J’étais fière de ce que nous avions tous accompli jusqu’à maintenant, mais le plus gros était à venir. Je restais donc silencieuse face à ce peuple qui ne réclamait qu’une chose : la fin. La fin de quoi, la fin de qui, peu importait les raisons de chacun, mais on attendait tous une fin. Et heureuse, de préférence.

Quand Jeremy eut terminé son discours – ce type me rendait dingue, rien qu’à sa façon de parler il m’hypnotisait – j’indiquais à Sandro de récupérer les plans. Je le vis disparaître dans la masse pour gagner Jeremy et je jubilais presque de le forcer à se tenir près de lui. Sandro ne l’aimait pas. Mais vraiment pas. Plus loin, dans la foule, je vis Marco me faire un signe. Il venait de terminer d’enregistrer l’identité des personnes qu’il jugeait suspectes. Il était chargé de les repérer et de les aborder avec tout son naturel charismatique. Marco tout craché. Dans la foule, je comptais une dizaine de Mafieux infiltrés pour surveiller ce qu’il se disait. Pas de fuite possible, même si nous avions convenu avec Jeremy qu’à partir du moment où notre plan allait être divulgué, il allait y en avoir.

Mais nous ne sommes pas stupides. Les véritables informations seront données à la dernière minute pour certains groupes. A vrai dire, ce n’était rien de très important, mais ça allait changer le rythme. Nous ne voulions pas que les gens se sentent trahi. J’aurais aimé que Jeremy précise que tout le monde sera fouillé pour le bien de tous. Nous ne souhaitions pas une prise d’otage à la dernière minute, ni d’effusion de sang. Mais le principal était dit et les gens avaient compris le message.

Je scrutais les visages. Tant de gens parmi lesquels se liaient ma famille, mes amis et sans doute des ennemis. Je les voyais, leur mine sérieuse et leur air sombre et secret. La mort, ils la sentaient tous. Elle nous narguait, nous frôlait de ses doigts crochus, prête à nous ouvrir ses bras dès que nous sortions de ce bâtiment. Son odeur perfide planait au-dessus de chacun et c'était silencieusement que nous acceptions sa présence, comme une vieille grand-mère trop sévère qu'on est obligé d'inviter, obligé de respecter et d'obéir. Mon Beretta contre ma cuisse en pesait plus lourd. Bientôt, j'allais devoir mettre à profit mon savoir et mes compétences pour que le cri du peuple se fasse entendre. Aujourd'hui, la Mafia était le peuple. Et demain, peut-être le Gouvernement. Mais je comptais bien changer les choses. Je le désirais et ce désir était trop dangereux pour que je puisse le formuler. Je voulais être ces Anti-Auroriens, je voulais anéantir ces scientifiques qui jouent avec des vies comme des poupées.

Pourtant, nous faisions pareil. Quelle ironie...

Dans quelques heures, ces mères, ces pères, ces enfants, ces frères et ces sœurs allaient mettre leur vie en jeu pour exécuter un plan qui semblait plus que suicidaire. Et j’étais la responsable de tout ça. J’avais travaillé nuit et jour pour mettre au point chaque détail et limiter tous les dégâts possibles. J’avais pris tellement de paramètres en compte que j’ai cru ne jamais pouvoir y arriver. Pourtant, ce plan si fou, si dingue, si suicidaire soit-il ne semblait pas l’être. Jeremy m’avait suivi. La Mafia de l’Aquila m’avait suivi. Et tous ces gens étaient prêts à me suivre sans le savoir. Aujourd’hui, je me sentais plus grande que je ne l’aurais voulu, plus adulte que jamais, plus Mafieuse que n’importe quel jour.

J’étais Coralyne-Johanna Marescotti et à ce moment-là, j’avais des milliers d’âmes entre les mains.

Et j’étais bien loin d’en être effrayée.

Je rejoignis Jeremy et lui frôla discrètement le coude. Je savais qu’il n’aimait pas les contacts, mais je ne pouvais pas m’en empêcher. Ignorant sa réaction, je commençais à récupérer les dossiers d’inscription. Allumant mon ordinateur que j’avais gardé dans un sac à dos, je me mis à rentrer les données pour garder une trace. Cryptées, je saisis les informations au fur et à mesure qu’on me les passait, m’activant.  Dans quelques heures, nous devrons faire l’appel et constater les pertes. Dans quelques heures, je devrais me faufiler dans un bâtiment ultra sécurisé pour pirater un système informatique sophistiqué avec une bande hackers. J’avais l’impression que c’était la plus grande partie de Poker que j’avais jamais lancé. Et je n'avais pas le droit à l’erreur.

Une perle de sueur roula sur mon front et je levais les yeux de mon écran pour croiser ceux de mon associé silencieux.

Plus de marche arrière possible.

Tapis.


Spoiler:
 



                 
©Setsu Nekos


Invité, l'Aquilia fera toujours face à l'Aurore.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emily Weyland
Exécuteur
Âge : 22
Féminin
Matricule : Civil
Profession : Rentière/Tueuse de politiciens pourris
Analyses : 13
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 10 Aoû 2015 - 16:18
Fin du Mouvement Second
L'occasion rêvée


Tuons le temps


Emily observa pendant de longues minutes l’armure ouverte, vide, sans âme derrière sa vitrine. Elle tenait dans sa main «l’invitation» adressée à Red Riding Hood. C’était l’occasion rêvée de faire officiellement son entrée en scène. Signer ses meurtres ne lui suffisait plus. Les gens devaient savoir à quoi ressemblait l’incarnation de leurs voeux, ou de leur cauchemars.

‘Toujours plus loin, mmh ?’

Elle observa l’invitation encore une fois et un sourire étira ses lèvres. Elle froissa le papier et se tourna vers ses deux opérateurs, son iris de feu luisant plus fort que jamais.

‘Jusqu’au bout.’

------------------------------------

'Les Déménageurs seront divisés en deux groupes ; le premier, composé de quinze personnes, neutralisera la totalité des gardes pour permettre au second groupe de passer sans crainte.'

Red afficha un sourire du haut de son perchoir. Ce sera donc son rôle. Neutraliser les menaces. Son fusil, accroché en bandoulière dans son dos, vibrait déjà de l’envie de cracher la mort. On pouvait dire qu’elle détonnait au milieu de cette foule de gens normaux. Beaucoup observaient l’armure en se demandant si il y avait vraiment quelque chose dedans, ou alors étaient-ils surprit de voir quelqu’un aussi bien équipé rejoindre leur cause. Chose plutôt paradoxale, sachant que les parrains de la mafia s’agitant là-bas roulaient sans aucun doute sur l’or.

Elle observa longuement l’exposé de celui qui s’était imposé comme porte-parole. Les informations étaient notées au fur et à mesure par Alicia, l’opératrice rousse de Red.

‘Ils sont particulièrement bien préparés et équipés. C’est étrange qu’ils ne fassent pas ça en interne...

- Il veulent sûrement montrer au gouvernement que le peuple n’est pas derrière lui.’

Red resta silencieuse, ne s'occupant pas de la discussion de ses opérateurs, observant juste les notes de la mécano se ranger dans le coin supérieur gauche de son HUD. Elle ferra partie des premiers mobilisés.

Quelque chose arriva rapidement dans sa direction. Elle tendis son bras vers le projectile et l’attrapa au vol. Une sorte d’enveloppe avec un stylo. Elle l’observa à peine avant de l’ouvrir. Un résumé écrit de l’opération. Elle regarda quelque instant chaque page, laissant le soin à ses opérateurs de faire des captures d’écran. Enfin, un formulaire. Elle fit tournoyer le stylo entre les doigts de sa main gauche avant de le briser en deux puis rempli les informations avec un rouge à lèvre cramoisi, amusée par les premières questions.

Nom : Hood
Prénom : Red R.
Age : 4 semaines
Sexe : Féminin
Profession : Tueuse de politiciens corrompus


Vos compétences :
Plutôt bonne pour l’assassina que pour le combat d'endurance. Je peut me faire discrète en passant par les toits, avoir une bonne mobilité ou porter de lourdes charges.
Vos faiblesses :
Je crois que j’ai une trop grosse propension à tuer, je suis solitaire. Ah, et évitez d’utiliser des EMP, vous auriez à faire à moi.
Vos motivations :
Faire régner la justice et l’équité. Comme tout le monde ici bas, non ?
Le poste souhaité :
Troisième équipe, premier groupe, bien évidemment. Quoi d’autre ?


Elle signa le formulaire d’une petite capuche au rouge à lèvre avant de siffler à l’attention de celui qui lui avait lancé et de le lui rendre de la même manière, lui faisant un petit salut de la main. Enfin elle resta, silencieuse, toujours accroupie au bord de la caisse en bois qui lui permettait de surplomber légèrement la scène, s’imposant en figure héroïque, observatrice.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 21 ans
Féminin
Matricule : Civil
Profession : Médecin d'infortune / Mercenaire
Analyses : 8
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 17 Sep 2015 - 21:50
Ces phrases prononcées les unes à la suite des autres ressemblaient au tumulte des océans des souvenirs de Yomyra. Perchée sur un rebord métallique dans un coin sombre, elle attendait. Encore et toujours, très patiemment.
          Elle attendait.
          Qu'il s'arrête enfin de parler.

          L'orateur était excellent, rien à dire. Des parleurs, Yomyra en avait connu et surtout des moins téméraires. Mais ce gamin-là... C'était une perle. Sa voix portait, s'insinuait dans les esprits et les mémoires de la populace qui s'était agglutinée là en espérant que cela change quelque chose.
          Et ça allait changer quelque chose !
          Ils allaient crever.

          Mais bon, mieux valait être libre mort qu'emprisonné vivant.
          C'était bon pour ceux qui n'avaient plus rien à faire.

          Yomyra réprima un soupir las et durcit son regard. Elle était totalement en accord avec le discours, le plan, le concept et même avec cet homme qu'elle s'évertuait à nommer "gamin" dans sa tête. Pourtant, elle ne le connaissait pas vraiment. Elle n'avait jamais fait l'effort de connaître celui qui allait dicter ses actions, très prochainement. Elle était d'accord avec lui, c'était largement suffisant, point final.
          Bien sûr, elle n'avait pas vraiment besoin de voler cent tonnes de nourriture et le bien-être des autres pouvait bien aller se faire voir. Yomyra avait ses idéaux malgré tout mais elle avait vu dans ce casse une façon de se rapprocher du gouvernement et d'y couper quelques têtes de chérubins à la bouche en cœur pour les faire rouler dans le caniveau suintant la crasse disgracieuse à laquelle ils les avaient condamnés. Un petit ravalement de façade tout ce qu'il y avait de plus amical, en somme.
           Ahah.

           Le regard bleuté de Yomyra se promena sur la salle, s'abattant avec sévérité sur les personnes trop chétives ou sur les gamins qui n'avaient sans doute rien compris. Qu'est-ce qui ne tournait plus rond dans ce monde pour que l'on se sente obligé de faire de sa progéniture de la chair à canon ? Si elle en avait été capable, Yomyra aurait tout bonnement éclaté de rire. C'était tellement cocasse et dégueulasse. Saleté de monde. Ces gens qui avalaient à grandes goulées les paroles de l'autre encapuchonnés avaient de l'espoir, c'était indéniable. Mais qu'est-ce qu'ils espéraient, au juste ? La reconnaissance, un festin, la mort ? Ou juste l'illusion d'avoir été utile après avoir tant et tellement été traîné dans la boue ?

            Était-ce beau ou encore plus horrible que les atrocités du Gouvernement ?
            Yomyra s'en foutait. 

            Elle, elle était là et c'était tout ce qui comptait. Elle allait prendre ses armes et descendre tout ce qui mettrait sa progression en danger. C'est pour cela que, quand elle arracha des mains de son acolyte d'infortune le fameux papier à remplir et qu'elle saisit son bâton de craie, elle écrivit de cette couleur pure ; 

Nom ; -
Prénom ; Yomyra.
Âge ; 21.
Sexe ; F.
Profession ; "Médecin".

Vos compétences ; Tir avec armes à feu que je possède. 
Peux me faufiler dans des conduits.

Vos faiblesses ; Considérez que je n'en ai pas.
Ça vous freinera moins.

Vos motivations ; Soulager la population en leur donnant
à manger.

Poste souhaité ; Neutraliser les Gardes présents et même
sécuriser la zone en neutralisant ceux qui pourraient nous emmerder.
Définitivement.

          Inutile de dire qu'elle n'avait pas été franche sur toute la ligne. Ses motivations ne regardaient qu'elle, d'autant plus qu'elle savait pertinemment que si elle les laissait éclater au grand jour, il y avait de très fortes chances pour que ces "supérieurs" la recalent car ils estimeraient qu'elle serait une trop grosse tête brûlée. Des têtes brûlées, ils en avaient besoin.
          Jusqu'à un certain niveau.

          Elle rendit son papier en silence et retourna dans son coin, les mains dans les poches. Il lui faudrait être patiente pour pouvoir enfin loger une balle dans cette sale gueule d'Erwan.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Sep 2015 - 9:49





₪۩۞۩People₪۩۞۩₪

[EVENT : LE CASSE DU SIECLE]

"Burning the candles..."


La différence entre un mafieux et politicien, c'est que l'un disait la vérité sans cacher son arrière-pensée et l'autre souriait et faisait quelques pirouettes pour faire passer la pilule.

Honnêtement, les deux me plaisaient. Je préférais de loin la célèbre dame au chapeau que les politiciens qui avaient pris la tête d'Aurora et du monde. Pas uniquement à cause du fait qu'ils prenaient les gens pour des souris de laboratoire, non, c'était un peu plus personnel. Autant dire que je n'avais pas le bon patron.

Je n'aurais pas dû être ici. Trop dangereux, trop repérable. Il y avait des membres de l'Aquila qui faisaient des rondes pour repérer les gens suspects d'être des espions. J'en avais déjà repéré cinq sur lesquels j'avais malencontreusement renversé une partie de mon café, ce qui avait attiré l'attention des bonhommes de la Mafia.

Je n'étais pas favorable à ce plan, malgré tout. C'était audacieux, risqué, futé et tout était parfaitement synchronisé, mais il y avait moi dans les paramètres. Ou plutôt des gens comme moi. Je n'en connaissais aucun capable de lire dans les pensées, mais je savais que Rhyme et Matthew seraient sur le coup à la minute où tout cela commencera. C'était assez suicidaire.

Mais le Parrain de la Mafia qui récupérait les dossiers d'inscription semblait se faire une partie de Poker à taille réelle. Des cartes sur un plateau, la mise, la nourriture et nos vies. Stylé, fallait l'avouer.

Mais sans moi. J'étais flic, Lieutenante de l'Unité d'Intervention d'Élite et quand tous ces clowns auront la bonne idée de donner le feu vert,  je serais la première sur le champ de bataille avec mon équipe. C'était avoir les fesses entre deux chaises, c'était aussi inconfortable qu'agaçant. Pourtant, je ne voulais pas que ça échoue. J'aimais bien qu'on me vende du rêve et ces petits génies de l'informatique avaient pondu une propagande assez intéressante. Alors pourquoi pas essayer.

La goutte de sueur roula sur le front de mon voisin. Depuis tout à l'heure, il attende que j'écrive pour récupérer mon nom et espérer trouver mon numéro dans l'annuaire. Je lui en aurais fait bouffer un, d'annuaire. J'étais sur liste rouge, donc bon...

Nom : /
Prénom : Rance
Age : 23
Métier : Flic
Compétences : Suffisamment de pouvoir pour vous sauver la mise
Vos faiblesse : Trop compétente, justement.
Vos motivations : Des comptes à régler
Poste souhaité : Aucun. Je participe juste en veillant sur l'équipe 1 et 2. Good Luck

Spoiler:
 




                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Masculin
Matricule : Scientifique
Profession : Chirurgien
Analyses : 26
Double-Identité(s) : aucun
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 27 Sep 2015 - 17:56
Une opération spéciale

Ft. CDu monde !




Nicolas Kauffman s'était, sans savoir ni quand ni comment, retrouvé dans un lieu entouré de pleins de "Belles personnes". Il fumait sa cigarette et commençait à écouter un individu, dans son coin loin des regards des autres. Il commença donc à écouter :

Bienvenue à tous. Je suis ravi de voir qu’autant de volontaires soient prêts à mettre des bâtons dans les roues de notre bien-aimé Gouve...

Puis il abandonna rapidement. Qu'est-ce qu'il pouvait être barbant, pensa-t-il.
Son regard se détourna ensuite sur chaque "Belles personnes". On pouvait voir certains de leurs visages, tandis que d'autres étaient cachés par l'éclairage sombre ou recouvert d'une capuche.
En les regardant attentivement, il se rendit compte que la plupart de ces personnes n'appartenaient pas au gouvernement ou ne travaillaient pas pour eux.
Comme lui, qui était un scientifique.

Lassé, une seconde fois de voir toutes ces belles peaux qu'il ne pourrait disséquer, il se remit à écouter l'homme au visage caché.

Une opération ?

Nicolas remonta ses lunettes, cette affaire avait l'air d'être intéressante. De plus, il n'avait rien à faire dans les jours à venir.
Il se concentra attentivement sur les passages les plus importants de son discours. Il remplit ensuite une fiche, heureusement, personne ne savait qu'il était un scientifique, car il avait oublié de mettre sa blouse, il était donc vêtu d'un pull suturé et d'un simple pantalon recouvert de sutures également.


Citation :
Nom : Kauffman.
Prénom : Nicolas.
Age : 25 ans.
Sexe : Masculin.
Profession : Chirurgien travaillant pour le gouvernement.


- Oups !

Il ratura beaucoup en appyant fort ce qu'il venait d'écrire. Nicolas était quelqu'un de très maladroit...


Citation :
Vos compétences :
Je suis un génie.
Vos faiblesses :
Les femmes, les enfants, les chats et d'autres choses encores je crois.
Vos motivations :
L'ennuie et la curiosité m'ont poussé a participer.
Le poste souhaité :
Equipe 1 ou 2.


Résumé:
 



(C) Galimybé - Mini BN
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analyses : 344
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 10 Oct 2015 - 12:09

Le Casse du Siècle - Lancement
Seconde transmission de données



Zone Gamma - Entrepôt H et ses alentours • 00:11.
___

Dans le passé, certains types ont dit que le monde serait foutu dans les années à venir.
Il y avait diverses méthodes pour le foutre en l’air. Que ce soit le monde lui-même qui en décide ainsi, que ce soit les humains qui prennent cette décision pour empocher toujours plus de gain. En plein milieu du XXIème siècle, les choses étaient sur le point de basculer. Le monde est fermé, le monde agonise dans un climat de tensions permanentes, le monde donne de moins en moins de ressources aux humains. Les humains s’entre-tuent pour de simples questions de possessions. Les humains sont individualistes.

C’est ce que le Gouvernement vous susurre, et c’est ce que Aurora Corporation vous murmure au creux de l’oreille à vous, hommes, femmes, adolescent, enfants avec des idéaux propres et des avis qui restent diverses malgré la pensée ultime et commune que l’on cherche à vous imposer. Jusque là, ils ont eu raison dans leur globalité.

Et maintenant ? Pourront-ils continuer à dire de telles choses en voyant ce que vous vous apprêtez à faire ? Même si vous agissez par but personnel, vous voilà bien obligés de collaborer. De compter sur les autres. Non, ils ne pourront plus. Ils pourront mentir, mais pas éternellement.

Vous voilà tous affiliés à vos équipes. Il y a plus d’une dizaine de minutes, Le premier Signal tant attendu a été donné à tous les participants du Casse du Siècle. Malgré l’endroit où vous vous trouvez, vous êtes postés dans l’ombre. A attendre votre tour. Vous connaissez votre rôle, vous connaissez les risques, vous savez à quelle heure précise il vous faudra agir. Actuellement, quinze personnes de l’équipe 3 sont en train d’agir afin d’opérer à l’élimination des gardes qui protègent l’entrepôt H. Et tandis ce que ces derniers s’apprêtent à achever leur mission, un second signal est donné à tous les chefs d’équipe.

Telles les dernières lueurs dans un abîme sans fond, une partie des silhouettes se mettent à se mouvoir. Le silence perdure, jusqu’à ce que le dernier signal soit donné. Celui adressé aux deux premières équipes.

Désormais, toutes les âmes se mouvent, la peur, l’adrénaline ou l’appréhension au creux du ventre. Mais toutes ont un point en commun, un moteur qui les poussent à mettre un pied devant l’autre, à garder la tête ; la détermination.

A vous de jouer.


Détails:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Coralyne J. Marescotti
Parrain de la Mafia
Âge : 23
Féminin
Matricule : Mafieux
Profession : Parrain de la Mafia
Analyses : 62
Double-Identité(s) : Tempérance P. Van Enlise
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 16 Déc 2015 - 13:04





₪۩۞۩People₪۩۞۩₪

[EVENT : LA FAMINE] Le Casse du Siècle :
A nos armes.
"Et le butin n'est que chimère si l'on oublie des cartes..."




Le grondement du moteur s’était enfin tu.

Voilà un moment que nous avions tous quittés l’entrepôt. Un moment. Je devrais être savoir l’heure précise. A vrai dire, je la savais à la seconde près, comme un peu près toutes les équipes qui attendaient notre signal.

A côté de moi, Gabrielo et Jeremy. Ça sentait la testostérone et la transpiration. Il y avait un paquet d’hommes à l’arrière du véhicule et tout ce joli petit monde était dans un silence tellement lourd que ma propre respiration restait saccadée. Gabrielo me prit la main et y exerça une pression dessus. Je restais immobile une seconde et tournais la tête vers lui. Gabrielo abordait l’une de ses expressions qui le rendait absolument sérieux et terrifiant. Il était un mafieux, j’étais une mafieuse. Nous savions ce que nous avons à faire et il fallait faire. Je savais qu’en sortant de ce camion, j’allais être ce que j’étais. Un Parrain.

J’attendais qu’on me donne le feu vert dans l’oreillette. Sandro devait me dire que l’équipe de diversion en ville était en place. Il devait avoir commencé il y a trois minutes. Je regardais ma montre avec la sensation que le temps s’écoulait lentement. Trop lentement.

- Parrain, l’oiseau est sorti.
- Laissez-le, il est guéri.

La voix cessa de grésiller dans mon oreillette et je faillis pousser un soupire. Un soupire d’excitation. Cela allait être marrant. Gabriolo coupait le contact et sortit de la voiture. Je me tournais vers Jeremy qui dans la pénombre semblait être un fantôme. J’aurais aimé lui dire quelque chose de pertinent, mais rien ne semblait me venir à l’esprit. J’aurais aimé faire un geste, quelque chose, n’importe quoi au cas où ça tournerait mal. Mais je me contentais de le regarder, silencieuse, mafieuse. J’étais celle qui n’hésiterait pas à appuyer sur la détente. Un monstre avec un flingue.

- Je rappelle, le premier groupe neutralise les gardes, le deuxième s’infiltre dans la salle et les autres commencent à décharger. C’est partie.

Ils sortirent tous dans un même mouvement et j’ouvris ma portière. Ils étaient tous là et s’afféraient déjà. Je me tournais vers ceux qui restaient.

- Equipe 4, on y va.

Mission, s’infiltrer dans le bâtiment dès que le premier groupe aura neutralisé les gardes. En attendant, je me dirigeais vers la porte dérobée et m’arrêtais devant.

- Jeremy ? Tu peux passer et voir si c’est bon ?...

Je disais ça en même temps que j’enlevais la sécurité de mon arme à feu, tout en vérifiant les balles de mon chargeur.

Spoiler:
 


©Setsu Nekos



Invité, l'Aquilia fera toujours face à l'Aurore.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Déc 2015 - 10:56





₪۩۞۩People₪۩۞۩₪

[EVENT : LE CASSE DU SIECLE]

"Burning the candles..."


Ils étaient en place.

Je les observais du haut du toit, tous farouchement déterminés à faire le plus de bruit possible pour occuper les policiers. L'émette qui se préparait dans la ruelle sombre commençait à s'agiter. J'entendis au loin de le grésillement d'une radio qui crachait l'ordre d'y aller.

Un petit lot de personne commencèrent à crier et à frapper les bornes à incendie. Un autre groupe se détacha des autres et s'attaquèrent aux poubelles auxquelles ils mirent le feu. Des gens, terrorisés, s'enfermaient dans leur maison et les terrasses des restaurants s'évacuèrent en hurlement sonore. Au loin, les sirènes commençaient à siffler.

Il fallait que je les ralentisse. Nous devions occuper tout le beau monde assez longtemps pour que les autres puissent effectuer le plus gros de la mission.

Je m'assis sur le bord du toit et me laissais tomber en avant. J'atterris bruyamment sur une benne dont le couvercle se plia sous la force de ma chute et de mon poids. Je remontais ma capuche sur mes cheveux roux et attrapais mon téléphone jetable. Je composais rapidement le numéro de la police. Plusieurs tonalités plus tard, on décrocha.

- Police secours, j'écoute.
- Il y a une bombe.
- Que dites-vous ? Pouvez-vous vous identifiez ?
- Il y a une bombe, Zone Gamme, Quartier Chic, au 621 Est.
- M...

Je raccrochais avant de jeter le téléphone dans les égouts. Avec l'état d'alerte qui va être lancé, disperser la police était le meilleur moyen de gagner du temps. Ils allaient appeler les démineurs et toute la cavalerie - dont peut-être mon équipe - et ça allait au moins prendre deux heures avant de découvrir que c'était une toute petite bombe, à peine suffisamment puissante pour faire sauter la pièce.

Le vacarme continuait de plus bel et cette fois-ci, ce fut mon téléphone de service qui sonna. Je m'assurais d'être assez loin du bruit pour décrocher.

- Lieutenant Van Enlise.
- C'est moi, Miro. On a une émeute Zone Gamma centre.
- Combien de personnes ?
- A approximativement une trentaine.
- Prise d'otages ?
- Négatif.
- Je suis plus près de la zone. Rejoignez-moi avec le camionnette.
- Bien. On est là dans dix minutes.

Je rangeais mon téléphone et m'étirais.

La nuit promettait d'être longue.

Spoiler:
 

                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Scott Pray
Anarchiste
Âge : 32
Masculin
Matricule : Civil
Profession : Prof. de piano
Liens : Une note de musique
Analyses : 47
Double-Identité(s) : Amy Desford, Cassie Staverton
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 19 Déc 2015 - 13:54




 

   

   
Scott
Pray

   Feat  
des gens...

 

 
   
   Event 
   

Que c'était beau de voir beau de voir autant de personnes rassemblés et faire autant de casse. Honnêtement je ne pensais pas que cette "mission" allait être si amusante. Je pris un pied de biche et me mit à m'acharner sur un pauvre lampadaire. Puis voyant que mes coups ne faisaient pas grand chose, je me mit à casser les vitres d'une voiture. J'évacuai toute la rage que j'avais en moi depuis la disparition de ma femme. Casser, brûler, hurler, ... Cela faisait énormément de bien.


Nous allions devoir nous rendre utile, tâcher d'occuper la police et les agents du Gouvernement qui n'allaient pas tarder à arriver pour nous dissiper.
Casser, brûler, hurler... Je ne faisais plus que ça, j'avais l'impression de redevenir un gosse qui s'amuse à casser ses jouets. Sauf que là ce n'était pas des jouets mais des véhicules.


-Scott ammène toi !
Il me fallu un moment avant de comprendre que c'était à moi que l'on s'adressait, avec tout le bruit qu'il y avait autour de nous.
-Regarde on a trouvé des pétards !
Je pris une poignée de ces objets. Chouette, cela ferait encore plus de bruits et les gens penseront qu'il y aura des coups de feu.
J'en mis quelques uns dans mes poches et retourna m'acharner sur une voiture.


   
Résumé:
 
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emily Weyland
Exécuteur
Âge : 22
Féminin
Matricule : Civil
Profession : Rentière/Tueuse de politiciens pourris
Analyses : 13
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 24 Déc 2015 - 19:05
Fin du Mouvement Second
L'occasion rêvée


Déploiement



Le chaperon rouge détonnait au milieu des autres membres de l'équipe 3. Mieux équipée, mieux préparée, elle vérifiait les diverses pièces de son arme, silencieuse. Red s'amusait comme une folle. Les cahots de la route ne cessaient d'étirer son sourire, derrière son casque métalique. Elle releva quand même la tête pour observer ses coéquipiers, qu'elle s'empresserait de devancer et d'abandonner derrière, histoire de ne pas les avoir dans les pattes. Et comme si elle lisait dans ses pensées, son opératrice rouquine la rappela à l'ordre avant même qu'elle ne formule oralement son idée.

'Okay, Oublie pas, Red, cette opération est capitale pour notre image. Si tu te foire ou si tu fais tout capoter, on aura pas mal de monde sur le dos. Alors reste sérieuse et évite de tuer un allié.

- Pas de problèmes, Lilith. Je la sent bien, cette petite fête. J'entends déjà le craquement des biscuits apéros et l'écoulement de la sangria. Je vais me régaler.'

Les individus à côté de RRH l'observèrent avec un froncement de sourcil. Déjà qu'ils n'avaient pas parfaitement confiance en un individu dont ils ne voyaient pas le visage, mais si en plus ledit individu se mettait à parler tout seul...
Alicia laissa échapper un rire depuis son bureau, à plusieurs kilomètres de là, elle reposa sa tasse de café à côté de l'écran au travers duquel elle voyait en direct au travers de l'oeil d'Emily, tasse que Jack s'empressa d'éloigner de quelques bons centimètres du bord.

'Des fois il m'arrive de me demander si ce ne serrait pas toi, le loup. Bon, prépare ton matos, ton transport arrive à la ZA dans deux minutes'

L'autoproclamée justicière vérifia son stock de munitions, ses batteries de rechange, les filins de ses couteaux et l'état de son bras. Elle était excitée comme une puce, elle ne tenait plus en place. Elle n'arrêtait pas de jeter des coups d'oeils vers l'avant du véhicule, ses doigts tapotant nerveusement sur son fusil.

Enfin, un dernier soubresaut et le vrombissement du moteur se tut. Le silence, à l'arrière. Red ne tenait plus en place. Elle observa en haut à droite de sa vision les divers informations glanée par ses opérateurs. Son cerveau tournait à plein régime et elle tapotait frénétiquement du talon sur le plancher.

'Gaffe à ton adrénaline, Red, il ne faudrait pas que tu tire trop vite. Tes prothèses risquent de pas aimer, elles non plus...'

Le chaperon ne répondit pas. Elle était prête à réagir en un quart de secondes, son coeur battait la chamade et ses échanges hormonaux déréglaient déjà ses implants, faisant glitcher le HUD de son casque. Le moindre mouvement du côté des leaders lui faisait brusquement tourner la tête. Elle captait la moindre bride de discussion.

Après un temps qui lui paru infini, durant lequel elle ne cessa d'armer et désarmer son coilgun, enlevant et remettant des balles dans le chargeur, le signal arriva enfin, elle était comme une petite fille sur le point d'ouvrir ses cadeau de Noel, trépignante. La porte s'ouvrit et la voix de leur chef d'équipe tonna.

-Je rappelle, le premier groupe neutralise les gardes, le deuxième s’infiltre dans la salle et les autres commencent à décharger. C’est partie.

Red ne se fit pas prier une seconde de plus, elle sortit du véhicule comme un fauve que l'on libère de sa cage. Elle fit quelques pas et observa le bâtiment. Alicia comprit immédiatement ce qu'elle voulait et fit apparaître un plan sur son HUD.

'Je vais sur le toit.'

Elle n'attendit pas de réponse de ses coéquipiers et passa son fusil en mode grappin, ajusta sa visée en conséquence et pointa la bordure du sommet du hangar.

*KLONG*

La pointe fila dans l'air sans plus de bruit, puis se ficha dans le mur, s'y agrippant fermement. Elle fixa l'autre bout du câble au sol avec un piton, se permettant une porte de sortie, peut être une entrée pour d'autres membres de l'équipe. Elle rebrancha son enrouleur dessus, se hissant dans les hauteurs, puis le démonta de son fusil et le renvoya en bas, facilitant l'arrivée pour de potentiels coéquipiers.

'Je perçois une dizaine de signatures thermiques à ton niveau. Fais ça proprement, ralentit le moment où vous vous ferrez repérer, en tout cas évite que se soit de ta faute.'

Red avançait, accroupie, contre un mur, elle entendit au loin son enrouleur fonctionner et se fit rejoindre par un camarade anonyme, puis un deuxième. Ils fut convenu de la marche à suivre sans un seul regard, sans un seul mot, comme si ils étaient connectés.

Le trio arriva à un angle de mur, derrière, légèrement en contre-bas, un garde faisait sa ronde. Red fit signe de s'arrêter et observa le garde, ne bougeant pas pendant de longues secondes. Les deux inconnus qui avaient suivit la tueuse eurent l'air de ne pas comprendre. Puis, enfin, l'ennemi s'arrêta et porta une main à son oreillette.

'Toujours rien à signaler. Une nuit calme comme d'hab'.

- J'ai ce qu'il faut, Red. Feu vert pour toi.'

Le chaperon rouge tourna la tête vers ses deux coéquipiers et hocha la tête. Il n'en fallu pas plus et ils s'approchèrent discrètement mais rapidement du garde, prenant trois chemins légèrement différents. Red en profita pour observer les armes de ses alliés. L'un une corde de piano, l'autre un surin. Elle soupçonnait également une arme à feu, type wondernine ou de ce genre de calibre.

Les trois ombres étaient maintenant à distance environ égale du garde, qui marchait sans se douter que la mort le guettait par trois fois. Red attrapa l'une de ses lames à sa ceinture et étira le filin enroulé dans la poignée de celle-ci. Celui au surin était à présent à moins de cinq mètres, derrière une bouche d'aération. L'étrangleur était dans le dos de l'ennemi, une position parfaite pour mériter ce surnom.
Et c'est ce qu'il fit.

Une fois que le garde cessa de se débattre, après un dernier spasme, la gorge sciée par la corde à piano, Red s'empara de l'oreillette de celui-ci et plaça le micro devant sa face dépourvue de traits et attendit patiemment.

'Domovoi ?

- Toujours calme.'

Red avait parlé avec la voix de l'homme gisant aux pieds des trois tueurs, avec une intonation étonnamment naturelle. Jack avait fait un travail extraordinaire, en seulement une ou deux minutes. Le corps se retrouva plié et roulé en boule dans une sortie d'aération, son arme fut récupérée, et -après un hochement de tête- le trio disparut à nouveau, s'approchant de leur prochaine cible.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremy Arkeley
Anarchiste
Âge : Près de la vingtaine.
Masculin
Matricule : Civil
Profession : Cr(H)acker, Hors-La-Loi.
Liens : This storm up there, it knows my name.
Analyses : 49
Double-Identité(s) : Rhyme West.
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 25 Déc 2015 - 19:10
C’était un peu comme un rêve éveillé. Entre un mélange de sérieux, de fébrilité, d’amusement et de défi. C’était des émotions parfaitement brutes dans son esprit.

Le sérieux était là, bien évidemment. Jeremy était parfaitement conscient d’être de ceux qui jouent avec les autres pour atteindre son but. Plus que tout, lui et la Mafia portaient le poids de nombre de vies sur leurs épaules. Plus que tout, il devrait faire preuve de sérieux pour atteindre leur objectif. Pour une fois, il n’était pas seul. Il était entouré, parfaitement entouré. A tel point qu’il ne s’amuserait pas à se croire dans une partie d’échecs pour atteindre son but.

Perdu dans ce genre de pensées, il ne décrocha pas un mot jusqu’à ce que le camion s’arrête. Avant qu’il ne se décide à imiter les autres et à descendre du camion, l’ex-Cobaye croisa un bref instant le regard d’une Coralyne silencieuse. Parfaitement dans son travail de Parrain. Il lui adressa un petit mouvement de tête avant de sauter à son tour de l’habitacle, sacoche en main. Après que Coralyne ait lancé un ordre à l’attention de leur groupe, Jeremy hâta le pas et la suivit jusqu’à la porte de l’entrepôt. A la demande de Coralyne, il ne se fit pas prier et se rapprocha de la porte en souriant. Lorsqu’il se trouva face au mécanisme de sécurité, il le détailla un court instant, comme s’il cherchait à transpercer son squelette. C’était le genre de mécanisme qui risquait de donner une alerte générale dès qu’on composait ne serait-ce qu’une fois un mauvais code. Qui plus est, le système était digitalisé.

Du gateau.

Il ne fallut pas plus de cinq minutes à Jeremy pour déverouiller la porte de l’entrepôt. Il débrancha son ordinateur du système et le referma dans un claquement sec, avant de lever la main vers Coralyne. Il repéra quelques gardes qui seraient facilement neutralisés par le troisième groupe. Eux qui avaient l’air si motivés. Silencieux, Jeremy rabaissa sa main et laissa la mafieuse donner les directives. Lorsque le premier groupe s’infiltra dans l’entrepôt, Jeremy fit un petit signe aux personnes du quatrième groupe et posa à son tour le pied dans l’entrepôt.

- Dépêchez-vous. On doit encore couvrir le troisième groupe.

Il n’y avait plus qu’à repérer la salle de contrôle.

- Le meilleur est encore à venir.

Un jeu d’enfant, comme toujours...

Hors RP:
 


Jeremy s'évapore en Grey.

Fight like you'll never die, fight to stay alive
Fight to raise the crown, fight to take them down
Fight like you're gods and monsters, because you want to
To save a life, fight for you and I.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 25 ans
Masculin
Matricule : Scientifique
Profession : Chirurgien
Analyses : 26
Double-Identité(s) : aucun
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Déc 2015 - 18:49
FIN DU MOUVEMENT SECOND

Le casse du siècle


Les 15 minutes passèrent plus vite que prévu. Nicolas attendait sagement, regardant tout autour de lui. Plusieurs personnes qu'il n'avait jamais vues commencèrent à jouer le jeu en causant des dégâts mineurs afin de détourner l'attention du Gouvernement et des forces de l'ordre. Certains cassaient des voitures d'autres avaient des explosifs dans les mains. Le Scientifique couru vers un panneau stop et donna un joli coup de pied. Avec l'élan et sa force, il réussit à le pencher seulement. Un individu couru comme lui et fit la même chose. Le panneau était désormais au sol, il le ramassa et remercia avec son sourire "naturel".
Il ne devait pas tuer. Seulement causer des dégâts mineurs...

- Je pense qu’assommer un policier ce n'est pas le tuer. Oui, ça me parait logique !

Effectivement, un groupe de policier arriva afin de stopper ce remue-ménage si soudain.
On pouvait les entendre hurler, ordonnant a tout l monde de se calmer et de cesser ces perturbations. Mais Nicolas n'avait pas envie.
Donc il désobéit, naturellement ~

Avant de commencer, il sortit une clope et commença à fumer. Il pouvait commencer.
Les policiers s’approchèrent d'eux pour les stopper, Nicolas assez proche d'un des agents, tourna sur lui-même et donna un coup de "stop".

- Une très belle journée s'annonce ~

Mieux qu'une dissection ? Non-impossible ! Cependant, cela l'amusait. Ce mettre dans le camp de ceux qui sont contre le gouvernement est une occasion rare à ne pas louper ! Ces sensations... L’angoisse que quelqu'un sache qui il est, l’adrénaline du combat, toutes ses personnes gigoter dans tous les sens...

Le Scientifique s'éloigna des policiers pour casser tout sur son passage : voiture, bouche d'incendie, chien érra- euh... Bref ! Tout un tas de trucs, histoire d'attirer l'attention.

Nicolas commença à haleter, s’essuyant le front. Il sourit et regarda l'équipe 1.

Il avait fini sa clope.



(C) Galimybé - Mini BN



résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analyses : 344
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 4 Jan 2016 - 20:11

Le Casse du Siècle - Course contre la montre
Troisième transmission de données



Zone Gamma - Entrepôt H et ses alentours • 04:25.
___

Chaque équipe avait travaillé d’arrache-pied depuis le lancement de l’opération. Les deux premières équipes entreprenaient leur travail de diversion et étaient parvenues à attirer l’attention d’une grande partie des forces de l’ordre qui occupaient le périmètre de sécurité défini par la Mafia. La quatrième équipe parvenait à couvrir non-stop les agissements de la troisième équipe qui avait vidé plus des trois-quart de l’entrepôt H.

Le plus gros du travail était fait. Tout se passait bien.
Trop bien, même.

Plus de quatre heures étaient passées après le début de l’opération que déjà, un étrange « signal » fut passé aux dirigeants de chaque groupe. Pour la plupart, il s’agissait d’avertissements ou de conversations téléphoniques brusquement interrompues. Certains commençaient à comprendre qu’il y avait un grain de sable dans la machine. Et une dizaine de minutes plus tard, les vigiles de la troisième équipe postés aux portes d’entrées de l’entrepôt reçurent un étrange signal de la part des dirigeants des premières équipes ; des gouvernementaux ont repéré d’étranges mouvements à proximité d’un bâtiment ultra-surveillé : l’entrepôt H. Comment et pourquoi, alors que tout a été mis en oeuvre pour que personne ne se fasse repérer ? Nul ne le sait. A vous de vous faire votre propre idée.

Au sein du Gouvernement et de ses collaborateurs, les informations se relaient parfois plus vite qu’on ne peut l’imaginer. Aucun des gardes ne répondant à l’appel du Siège Gouvernemental, un ordre fut précipitamment donné à une dizaine d’Agents Gouvernementaux et de Cobayes aptes à agir : coincer les fauteurs de troubles qui sévissent dans les quartiers à proximité des entrepôts militaires, sans leur faire le moindre mal. Si les Cobayes et les Agents venaient à révéler leur véritable force au cours d’une arrestation, la couverture officielle de Aurora Corporation serait corrompue.

Pour autant, les équipes 1 et 2 ne sont pas tirées d’affaire, puisque l’ordre du Gouvernement est également valable pour ces dernières. Une arrestation générale a été ordonnée contre toutes les personnes présentes dans les quartiers entourant la zone militaire. Plusieurs arrestations ont déjà été menées, tandis que d’autres ont réussi à prendre la fuite ou à se mettre à l’abri. Toutes les forces gouvernementales ne sont pas encore présentes ; la plupart ont été ralenties par les actions invétérées des participants, offrant ainsi une couverture maintenue par l’action des Hackers.

Désormais, votre temps est compté et un choix s’offre à vous.
Vous pouvez fuir, continuer d’agir ou vous organiser pour contrer l’arrivée de la cavalerie. Vous pouvez suivre les ordres de vos chefs d’équipe, ou agir selon votre propre gré. Faites cependant attention. Il vaut mieux que vous comptiez sur les autres pour sauver votre propre peau. Agir seul revient à se donner volontairement la mort.

Dépêchez-vous. Puisse vos agissements nous être utiles...


Détails:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jeremy Arkeley
Anarchiste
Âge : Près de la vingtaine.
Masculin
Matricule : Civil
Profession : Cr(H)acker, Hors-La-Loi.
Liens : This storm up there, it knows my name.
Analyses : 49
Double-Identité(s) : Rhyme West.
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 5 Jan 2016 - 12:29
Jeremy ne comptait plus les heures depuis longtemps. Pas plus qu’il comptait le nombre de regards échangés avec Coralyne et  les détournements de caméras de l’entrepôt H qu’il avait joyeusement organisé. La salle de contrôle n’était pas très grande, et malgré ses allures futuristes, elle n’équivalait pas le matériel utilisé par Aurora Corporation. Un fait qui allait de soi, bien évidemment. L’heure était déjà bien avancée, et l’opération continuait de se dérouler sans accroc majeur - du moins, c’est ce que le jeune homme avait l’impression d’entendre dans son oreillette.

Jamais il n’avait eu à se concentrer aussi longtemps, pour ne pas se désintégrer et manquer une touche de son clavier ou du tableau de contrôle. Il faillit presque sursauter, lorsqu’il entendit une voix anxieuse dans son oreillette. En moins de cinq minutes, Jeremy comprit rapidement que quelque chose n’allait pas. Il relâcha les yeux de son écran et fronça les sourcils, continuant d’écouter les paroles débitées par l’un des cousins de Coralyne. En comprenant qu’il y avait un fort risque que des gouvernementaux rappliquent sous peu, il se leva et fit un signe à une jeune femme qui se trouvait à proximité, afin qu’elle prenne le relais. De suite, Jeremy pressa doucement l’épaule de Coralyne et sortit de la salle en deux enjambées. Il retourna au rez-de-chaussée et rejoignit Matteo et Gabrielo, en train de converser avec un homme que Jeremy reconnut comme l’un de ses informateurs préférés.

- Qu’est-ce qui se passe ? demanda Jeremy en s’incrustant en plein milieu de la conversation.
- Je sais pas trop. Mais on a dû se faire repérer, répondit l’informateur en frottant frénétiquement ses mains entre elles. Des renforts du Gouvernement vont arriver sous peu, et quelques-un sont déjà aux abords de l’entrepôt. Une arrestation générale a été lancée dans les quartiers touchés par les deux premières équipes.  
- C’était à prévoir.

Malgré tout, un sifflement agacé s’échappa d’entre les lèvres de Jeremy. Il passa sa main dans ses cheveux, et balaya du regard l’intérieur de l’entrepôt. Il restait encore une immense partie de « Déménageurs », bien que les trois-quarts de l’entrepôt aient été placés dans les camions prévus à cet effet. Pour autant, il n’était pas possible de mettre autant de vies en jeu. Pas aujourd’hui. Jeremy fit un calcul rapide et finit par planter son regard sur le premier Marescotti qui passa dans son champ de vision - entre autre, Gabrielo.

- Je suppose que le peu de gouvernementaux présents ne feront pas le poids face à ceux qui montent la garde. Si on leur rajoute du soutien, ils pourront tenir en attendant l’arrivée de la cavalerie. Je leur donne pas plus de vingt minutes au grand maximum.

Léger soupir, avant que Jeremy ne désigne d’un mouvement de tête les personnes qui s’activaient dans l’entrepôt.

- De toute façon, on n’a plus assez de temps pour emporter le peu de caisses qui restent. Dites à tout le monde d’évacuer l’entrepôt, et proposez-leur de monter dans les derniers camions qui quittent la zone s’ils n’ont pas d’autres moyens pour s’échapper. L’équipe 4 sera la dernière à quitter les lieux, le temps qu’on couvre la fuite de la troisième équipe. Il se tut un court instant, et finit par tapoter son oreillette d’un air pensif. Donnez aussi un ordre de dispersion aux deux premières équipes. Je laisse Coralyne gérer les procédures sécuritaires, elle se débrouillera mieux que moi.

Sans s’inquiéter de la réaction des deux cousins, Jeremy leur adressa un sourire narquois et tourna les talons. En se dirigeant vers la salle de contrôle, il observa les différents individus qui s’activaient aux quatre coins du bâtiments. Femmes, hommes, jeunes gens ou non. Preuve que n’importe quelle génération était prête à se soulever contre quelque chose qui dépassait de loin l'entendement.

Hors RP:
 


Jeremy s'évapore en Grey.

Fight like you'll never die, fight to stay alive
Fight to raise the crown, fight to take them down
Fight like you're gods and monsters, because you want to
To save a life, fight for you and I.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Coralyne J. Marescotti
Parrain de la Mafia
Âge : 23
Féminin
Matricule : Mafieux
Profession : Parrain de la Mafia
Analyses : 62
Double-Identité(s) : Tempérance P. Van Enlise
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 8 Jan 2016 - 11:43





₪۩۞۩People₪۩۞۩₪

[EVENT : LA FAMINE] Le Casse du Siècle :
A nos armes.
"Et le butin n'est que chimère si l'on oublie des cartes..."




Je tapais frénétiquement sur le clavier. Les chiffres défilaient, les onglets s’entassaient, nous étions enfin dans le serveur principal. Les sécurités n’étaient pas sophistiqués que je le pensais et avec l’aide des autres personnes, nous avions neutralisé les caméras de surveillance sur quarante kilomètres.

Ce hacking général m’avait mentalement lessivé. J’avais appris, révisé les nouvelles techniques de hacking, j’avais ingurgité un manuel sur les puces mères, j’avais consulté un homologue informaticien pour connaître ce qui faisait de mieux à l’heure actuelle et toutes ces renseignements pour trouver une sécurité presque ridiculement standard. Standard certes, mais qui nous avait pris plus de temps que prévu.

Je sentis une main se presser sur mon épaule et je levais la tête. Jeremy. Je m’étonnais presque de le voir encore matérialisé, mais je devinais qu’il ne tenait plus. Je lui aurais bien dit de faire un break, mais il semblait s’être décidé tout seul. Je le vis sortir de la pièce et je me concentrais à nouveau sur l’écran. J’avais diagnostiqué une anomalie sur le plan d’origine, me rendant compte que le bâtiment était plus petit que sur les plans. Une rapide recherche m’indiquait une section était restée fermer. Elle ne faisait que trente mètres carré, mais la curiosité de me piqua.
Alors que je m’apprêtais à me lever je vis un voyant rouge s’allumer. Je fronçais les sourcils.

- Intrusion au sud. Je crois que la cavalerie arrive. Fis-je aux membres du groupe.

Au même moment, mon oreillette cracha le repli général. Je me retournais vers les autres et leur fis signe de prendre leurs affaires. J’allais me charger du reste. Accédant à l’une des vidéos surveillances, je les localisais et allumais les projecteurs pour les illuminer.

- Intrus repérés, sud. Soufflais-je dans l’oreillette.

Je verrouillais la porte Sud en signalant que l’accès était maintenant fermé. Une seconde plus tard, j’avais fermé mon ordinateur et glissé dans mon sac. Jeremy n’allait sans doute pas tarder à venir pour récupérer ses affaires. J’hésitais une seconde à les lui prendre quand j’entendis un bruit. J’étais seule dans la salle avec trois gardes assommés, ça ne pouvait pas être eux. Je me souvins du plan du bâtiment. La salle cachée ne devait pas être loin, juste au bout du couloir, derrière l’étagère de prix.
Je m’avançais à pas rapides vers l’étagère que je poussais non sans suer un bon coup. Les contours d’une porte se dessinaient. J’eus un sourire et dégainais mon arme avant de baisser la poignée. La porte s’ouvrit doucement et une odeur de pétrole me piqua les yeux. Fronçant les sourcils, j’attrapais ma lampe de poche pour éclairer la pièce et découvris un laboratoire. Je finis par trouver l’interrupteur. La salle s’illumina, laissant voir les tables où s’empilaient des documents à perte de vue et des frigos avec des fioles un peu partout. Le matériel de chimie semblait avoir été délaissé depuis un moment. Peut-être était- ce simplement le bureau d’un scientifique peut solitaire ?

Alors que je m’apprêtais à sortir, on se jeta sur moi, me plaquant violemment au sol. Mon épaule percuta le carrelage froid en premier, ce qui me fit lâcher mon arme qui glissa. La présence m’oppressa en essayant de m’immobiliser contre le sol et je constatais en filant un coup de coude qu’il s’agissait d’un homme. Celui-ci tentait tant bien que mal de braquer son arme sur moi, mais je réussi en lui donnant une gifle à lui la faire lâcher. J’essayais de ramper pour l’atteindre, mais il m’attrapait par les cheveux en me faisant hoqueter. Il me donna un coup de poing qui me sonna quelques secondes, le temps qu’il relâche un peu sa vigilance en m’en donnant un deuxième. Je réussis à l’esquivé de quelques centimètres et il s’abattit sur ma joue. Ma pommette douloureuse m’arracha un gémissement, mais je réussis enfin à récupérer l’une de mes armes accrochées à ma ceinture et je tirais sans hésiter dans sa tête.

La détonation explosa dans mes oreilles et je sentis un bourdonnement familier m’envahir. Le corps de l’homme s’affaissa sur mes genoux et les gouttelettes de sang chaud dégoulinèrent le long de mon visage pendant que le reste coulait sur de mes vêtements. Sonnée par tous ces évènements qui s’étaient enchaînés, je dû attendre bien deux minutes avant de pouvoir me dégager de sous le corps. Je me redressais, récupérant mon autre arme et mon sac que j’avais largué là. Un peu hagarde, mais à nouveau d’attaque. Avant de sortir, je pris le soin de récupérer le portefeuille de l’homme et une pile de documents au hasard. Ma tête me faisait mal et je sentais mon œil gonflé. Respirant un bon coup, je partis rejoindre les autres.

Spoiler:
 


©Setsu Nekos


Invité, l'Aquilia fera toujours face à l'Aurore.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 20
Féminin
Matricule : Cobaye
Analyses : 55
Double-Identité(s) : Amy Desford, Scott Pray, Docteur Nalan
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 16 Jan 2016 - 13:19
Ils ont été très clair : aucun blessé. Les cobayes ne devaient en aucun cas montrer toute la puissance qu'ils avaient. Si malgré les ordres de leurs supérieurs ils venaient à désobéir, ils risquaient fortement de se faire tuer.
Cassie l'avait bien compris et comme à son habitude elle ne voulait pas décevoir ses supérieurs. Elle avait enfiler l'uniforme des soldats du gouvernement sans poser de questions et à rejoint les troupes qui partaient pour dissiper les civils. Elle avait vidé son esprit de toutes ses pensées et elle se concentrait uniquement sur sa mission. Elle n'avait pas le droit de se servir de ses atouts de cobaye et pour cela elle allait devoir rester pleinement concentrée pour ne pas laisser ses vecteurs se promener un peu trop près des civils.
Elle sortit du bâtiment avec son équipe et elle gagna rapidement un groupe de jeunes qui s'amusait à détruire des voitures. Cassie parvint à les faire fuir sans user de sa force ce qui la ravit. Elle se mit à sourire en se disant que la partie allait être beaucoup plus simple que ce qu'elle ne pensait. Mais c'est alors qu'un de ses vecteurs décida de frôler un jeune qui n'était pas assez rapide, il se retourna d'un air choqué mais comme son nom l'indique les bras supplémentaires de Cassie étaient invisibles. Le jeune pensera sûrement qu'il a esquivé de justesse à un quelconque projectile.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Âge : 24
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Tueur à gages
Liens : Abalym est ma meilleure amie
Analyses : 94
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 19 Jan 2016 - 21:04

Ça va saigner ou pas

Ces abrutis du Gouvernement qui n'étaient pas foutus de gérer des civils déchainés par eux mêmes. Ce n'étaient pour tant pas compliqué, quelques coups de feux auraient largement fait l'affaire pour les effrayer, la plupart des casseurs étant là plus pour faire "genre" et non pour montrer leur mécontentement.
Abalym était heureuse, effectivement quand on a annoncé qu'on allait partir sur le terrain, je pensais que nous pourrions nous déchainer sur des civils peu farouches mais ils ont été très clair : Aucun mort ne sera toléré lors de cette mission de dispersion.
Oui à cette annonce nous avions perdus de notre entrain et voyions cette mission plus comme étant une corvée. Même éplucher des patates était plus fun à côté (allez éplucher des pommes de terre à la hache et vous comprendrait ma définition de fun).

Il faisait froid dehors et mon costard n'était pas assez chaud, je frissonnais légèrement. Je remarquais aussitôt un groupe de civils qui s'amusaient.
-Allez ma belle, montre un peu ton côté charmeur que ces fous fuient devant ton éclat.
En voyant arriver l'étrange duo que nous formions les civils s'enfuirent mais l'un deux se montra quelque peu résistant et se mit face à moi.

- J'ai l'étrange sensation de vous connaître.
-Je ne crois pas non. Je vous prierai de vous en aller au plus vite vous êtes sur une zone militaire et vous n'avez rien à faire ici.

L'inconnu ne bougeait pas puis Abalym décida de se montrer un peu plus. En voyant ma hache, l'homme courut rejoindre les autres au plus vite. Mais son discours me perturba, en effet j'avais moi aussi l'étrange sensation de le connaître mais d'où ?


Spoiler:
 


Nathanael s'adresse à vous en Crimson
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Scott Pray
Anarchiste
Âge : 32
Masculin
Matricule : Civil
Profession : Prof. de piano
Liens : Une note de musique
Analyses : 47
Double-Identité(s) : Amy Desford, Cassie Staverton
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Jan 2016 - 20:55




 

   

   
Scott
Pray

   Feat  
des gens...

 

 
   
   Event 
   

Au début, je ne comprenais pas pourquoi les gens qui étaient avec moi s'étaient mis à courir comme s'ils avaient le diable à leurs trousses. C'est lorsque je me suis retourné et que je l'ai vu que j'ai compris. Il portait un costume chic qui devait avoir coûté une petite fortune, il était élégant, un peu trop d'ailleurs pour faire fuir des gens. Et c'est là que j'ai remarqué la chose qu'il tenait. Une hache, dont la lumière des lampadaires encore debout venait se refléter sur la lame. Je suis resté bloqué un moment face à cet étrange duo.


Plus l'homme avançait, plus ses traits me semblaient familiers. Je ne sais plus d'où je le connaissais mais j'étais pourtant persuadé de l'avoir déjà rencontré. Après un rapide échange avec cet homme je courus rejoindre les autres.


Cette mission... je commençais à en avoir assez. Certes elle était importante mais pourquoi le Gouvernement nous envoyait des gens de ce genre là ?


Spoiler:
 
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 30 Jan 2016 - 19:18





₪۩۞۩People₪۩۞۩₪

[EVENT : LE CASSE DU SIECLE]

"Burning the candles..."


Quand il fallait y aller, il fallait y aller.

J'étais sincèrement convaincue qu'une foule déchaînée de gens n'ayant pas mangé depuis un moment n'était pas la meilleure façon de passer sa soirée. Enfin, pour la normale, sûrement. Personnellement, ça m'éclatait de voir tous ces mecs gonflés aux testostérones.

Je n'avais pas besoin de protection quelconque, j'avais la tête dure et les côtes solides. J'aimais bien rendre les coups et les bagarres dans les bars étaient une distraction assez sympathique quand on aime le frisson. Alors cette foule était clairement ce qu'il me fallait ce soir. J'avais vraiment envie de me défouler... Bien que j'étais censée être une alliée, cela ne m'empêcher pas d'en assommer deux trois pour le fun.

Ma première victime fut un homme un peu enrobé. Je le trainais dans la ruelle à côté, à l'abris des regards des différents flics qui trainaient. Il allait se réveiller avec une bonne migraine, mais il ne sera pas en taule. Le suivant fut plus coriace et me balança une belle droite qui me motiva à balancer mon genou dans son ventre. Je le laissais s'écrouler sur le capot d'une voiture qui se mit à hurler, se rajoutant au bruit infernal.

Je croisais le regard de Miro qui venait d'arriver avec l'UIE qui déjà s'occupait de deux trois manifestants. Il me fit un signe de tête et je le vis se prendre un coup dans le dos juste au moment où il se retournait. J'allais l'aider quand je vis Dave arriver pour s'occuper de lui.

Alors que j'allais m'attaquer à quelqu'un d'autre, j'entendis quelque chose traversant les pensées de quelqu'un. Puis se fut à l'unisson.

On venait de sonner le replis.

J'eus un sourire.

C'est maintenant que tout commençait.




                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
Jeu 4 Fév 2016 - 19:55
Invité
Les fauteurs de troubles battaient en retraite face aux renforts du gouvernement et de L'Aurora mais je ne pouvais pas m'empêcher de penser qu'aujourd'hui, c'est eux qui avaient gagnés et que cette retraite ne devait être que temporaire. Si les politiques étaient un temps soit peu logique, nous aurions dû attraper leur chef ici et maintenant et en finir avec ce zouave. 

Mais malgré le fait que je soit un cobaye bénéficiant de quelques privilèges, je n'avais pas mon mot à dire là dessus. Les ordres étaient clairs : repousser les récalcitrants sans montrer ce que nous étions réellement. J'avais donc opté pour ma forme de louve, dans un modèle réduit. J'avais préalablement déposé mes vêtements dans un fourgon avant de me transformer à l'abri des regards. Maintenant j'étais un gros chien. Probablement le plus gros chien que des humains avaient pu voir à ce jour, mais pas au point d'hurler au monstre. Juste de quoi vouloir le mettre dans le livre des records.

Je m'élançais vers les quelques groupes et hurlait après eux en montrant les crocs. Cette forme bestiale, faisait beaucoup mieux son travail que Nathanael ou Cassie mais ironiquement, j'étais la plus faible d'entre nous. Je suppose que la psychologie prime énormément dans ce genre de situation. 

Je continuais l'exercice quand des groupes de fuyards, au loin, attiraient mon attention. Le cerveau de l'opération devait certainement se trouver là-bas. J'en étais sûre. A ce moment là, je jetais un oeil à mes deux camarades du gouvernement... J'aurais put prendre ma forme de grand loup, ils auraient pu se hisser sur mon dos et en quelques foulées nous aurions put les rattraper sans aucun soucis. Peu importe qui ils étaient, ils ne faisaient pas le poids face a Cassie et Nathanael. 

Mais les ordres sont les ordres. Ainsi, je gardais mon idée pour moi et continuais la sale besogne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Analyses : 344
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Fév 2016 - 15:34

Le Casse du Siècle - Le Final
Quatrième transmission de données



Lorsque les derniers Agents Gouvernementaux pénétrèrent dans l’entrepôt H, plus aucune âme n’y errait.

Ralentis par quelques hommes dépêchés aux abords de la zone, ils avaient mis plus de temps que prévu à atteindre la zone. Et lorsqu’ils y furent, ils ne trouvèrent qu’une immense salle de stockage à moitié vide ; les trois-quart des réserves alimentaires venaient de s’envoler, sous leur nez. Et malgré la présence de quelques Agents comme Nathanael, Cassie ou Aurore, une « action douce » n’avait pas suffit à arrêter tout le groupe du Casse. Quelques arrestations avaient été menées dans les deux premières équipes et dans les dernières personnes qui étaient parties en retard, mais en attendant, le mal était fait. Enfin, selon le point de vue de chacun.

Le plan, finement élaboré par la Mafia, ses contacts et toutes les personnes désireuses de faire bouger les choses, avait réussi à la seconde près. Nul doute que vos actes à tous provoquerait, dans les jours à venir, un écho retentissant au sein du pays tout entier. Et sans que personne ne le remarque, la Mafia reversera équitablement la nourriture volée par le biais du Marché Noir, afin de relever une population toujours plus paupérisée. Afin de la tenir prête. Car rien n’est encore fini, loin de là.

Et en entrant dans la salle de contrôle occupée il y a peu, la seule chose que les Agents purent constater fut la disparition des enregistrements vidéos. Tout ce qui aurait pu incriminer les fauteurs de troubles avait été soigneusement emporté. La seule chose qui prouvait la trace d’un passage impromptu fut une vidéo sur l’un des écrans de surveillance. Une vidéo de quelques secondes, tournant en boucle, ou apparaissait le sourire insolent de Jeremy Arkeley faisant un signe ravi à la caméra.

Les choses allaient changer, désormais.


Détails:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Le casse du siècle [Libre]
» Li cacho-dent (casse-dents ou croquets aux amandes)
» Le déclin du mouvement lavalas et l'échec de Préval sur le terrain
» Coureur à demi mouvement
» "La Croisade de l'Ombre en Mouvement" (Prélude) (2)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Code du territoire : Z-Γ :: Le Territoire Gamma - La Fosse-
Sauter vers: