AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  Partenaires  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Code du territoire : Z-A :: La Grande Ville Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Bar-Restaurant] Les voix du silence (partie II)

avatar
Daniel Helm
Aventurier
Âge : 47
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Aucun
Analyses : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Fév 2016 - 15:02
Il n'y avait pas de meilleures ambiance que celle d'un bar-restaurant. Surtout celui-là. Il n'y avait aucune fenêtre à l'exception de la lourde porte en bois de l'entrée qui comportait un vitrail opaque dans sa partie supérieure. Nous étions assis vers le fond, sur de confortables sièges rouges deux places rembourrés de mousse, le tissus était légèrement usé par le temps mais rien de gênant pour celui qui se mettait dedans. 
Le reste, que ce soit la table, le plancher où même le plafond était fait dans un bois sombre et rustique dispensant, avec la fumée chargée de nicotine emplissant la pièce, une odeur caractéristique, rassurante et familière. Impression amplifié par la lumière à peine forte qui faisait danser cette même fumée, la faisant ressembler à un fantôme réalisant une quelconque danse dont on aurait oublié l'existence.
Dehors la nuit avait dévorée le monde de même qu'une pluie diluvienne ne faisant qu'améliorer le confort de la salle dont l'agencement permettait de garder une agréable chaleur. 
Tempérance, que ce soit sa couleur de cheveux, son style vestimentaire, ou son air rebelle, s'accordait parfaitement à l'endroit... A tel point qu'on aurait pu croire qu'elle se lève d'un moment à un autre pour rejoindre le petit groupe de Blues et qu'elle leur offre sa voix. 

Elle discutait avec la serveuse de sa commande. Une brune aux long cheveux et aux yeux noisettes dessinées dans de superbes courbes. Vêtue d'un simple jean bleu et d'une chemise noire elle semblait être la proie de tous les loups solitaires venus se ressourcer en ce lieu chaleureux. 
Quand mon amie eut finie l'employée se retournait vers moi et s'occupa de mon cas.

-Un steak saignant avec haricots verts je vous prie. Oh ! Et rajoutez un whisky ! Avec des glaçons !

La femme nota la commande et me gratifia d'un magnifique sourire. Je le notais dans un coin de ma tête. J'vais arrêté les voyages, par conséquent je pouvais m'amuser un peu.
Quelques minutes plus tard la même serveuse revint avec deux verres. Un pour moi, l'autre pour Tempérance. Je pris directement une gorgée de l'élixir avant d'allumer un joint. Je fixais ma partenaire sérieusement tout en joignant mes deux mains. 


-Comme vous l'avez deviné avec cette affaire de meurtre... Nous ne travaillons plus vraiment avec Arkeley à la suite de quelques... Différents.

Différents à l'origine d'une décapitation. 

-Je ne sais pas à quoi il ressemblait quand vous le connaissiez. Je pense qu'il devait être encore humain. Mais maintenant il faut bien comprendre qu'il est à un tout autre niveau. il est encore plus intelligent qu'avant et...

Je prenais une pause. La musique avait cessée et je n'avais pas forcément envie de me faire entendre. Je reprenais en même temps que cette dernière.


-... Il est devenu un cobaye. Extrêmement puissant. Immensément puissant. Une bombe atomique ne le tuerait pas que je ne serais pas surpris. On a tout essayé : Kuro Shimoa, Nathanael Ramsay. Aucun cobaye n'a réussi ne serait-ce qu'à l'égratigner et tous ont du battre en retraite.

J'écrasais ma cigarette dans le cendrier en porcelaine blanc au centre de la table et en rallumais une seconde presque immédiatement. Evidemment toujours avec mes substances illicites habituelles mais la flic en face de moi ne semblait pas en tenir compte.

-Mais il n'est pas immortel. Du moins nous pouvons l'acculer. Sa défense est impénétrable mais sa capacité de destruction reste sur l'échelle humaine c'est ce qui nous à sauvé jusqu'à maintenant. Je ne connais pas son point faible, mais il en a forcément un. Tous le monde en a un. C'est pour ça que j'aimerais savoir... Enfin... C'est peut-être juste de la curiosité mais... Quel est votre histoire avec Jameson ?

J'avais la dalle. Il arrivait quand mon steak ?





-Dans cette histoire, je ne sais pas qui a raison. Mais je sais que tous le monde a tort.-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Fév 2016 - 15:23





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Les voix du Silence

"Goddamn right, you should be scared of me... Who is in control ?"





- Enfin... C'est peut-être juste de la curiosité mais... Quel est votre histoire avec Jameson ?
- Il est le créateur du patient zéro. Jameson Arkeley.
- Je le pensais mort. Je pensais qu'il était mort dans cet incendie.

Je ne connaissais pas cet endroit, mais je l'appréciais déjà. Une vue sur l'entrée principale et celle des cuisine, un coin isolé et sombre vers le fond, parfait pour une planque et aussi pour fumer une cigarette en surveillant. C'était rare les bons endroits comme ça.

Machinalement, je me mis à compter le nombre de personnes présentes, repérer les sorties de secours et calculer en combien de temps je pouvais maîtriser tout ce petit monde. Cet exercice mental pouvait s'avérer utile et encore plus quand on était en présence de Daniel Helm. J'avais proposé de déjeuner et je ne regrettais pas.

Sauf peut-être le fait qu'il y avait cinq personnes - pardon, cinq demoiselles - qui s'imaginaient des scènes désobligeantes ou le moyen d'attirer son attention. Je regardais l'homme en face de moi qui s'enfilait des joints depuis tout à l'heure. Certes, il était séduisant et s'il n'était pas censé être mon ennemi naturel, je me serais laissée tenter. Mais ces femmes-là me répugnaient pour la façon dont elles tournaient autour...

Je terminais ma commande au près de la brune qui ne cessait de se rappeler de noter son numéro de téléphone sur l'addition. Je coupais court à cette effusion en bloquant le réseau de pensées et me concentrais sur le fameux Daniel Helm.

Ce qu'il m'apprit sur Arkeley me fit froid dans le dos. Mise à part que je venais d'apprendre qu'il était toujours envie, on venait de me dire que cet enflure était devenu un cobaye. Ce fou s'était infligé ce qu'il affligeait depuis des années à d'autres personnes. Mais le fait qu'il se soit octroyer la puissance d'un cobaye ne signifiait rien de bon et le corps sans tête qui roulait vers la morgue en ce moment en était la preuve.

Si d'autres cobayes avaient échoués à sa capture, je ne voyais pas ce que je pouvais bien faire. Peut-être arrivais-je enfin à la raison pour laquelle j'avais survécu. Détruire Jameson. Mais je refusais cet espèce de fatalité qu'on m'attribuait parce que j'étais un cobaye. Cependant, j'étais l'un des premiers cobayes et il était possible qu'il ne me reste que dix ans à vivre.

- Enfin... C'est peut-être juste de la curiosité mais... Quel est votre histoire avec Jameson ?

Je fixais son unique œil et finis par soupirer. Je narguais en quelque sort ce type depuis le début et si je voulais en savoir plus, j'allais aussi devoir donner un peu de mon côté. Je pris une gorgée de Monaco que je venais de commander et me redressais sur ma chaise.  

- Je ne sais pas si vous avez entendu parlé du bombardement accidentelle d'une petite bourgade en Allemagne, il y a douze ans. Cela a failli provoquer un incident diplomatique avec la Hongrie.

Je remis une mèche de cheveux en place et fixais mon verre.

- Le jour du bombardement, Mama et moi faisions les courses avec mes quatre frères. Je sais juste que ma mère est morte, puisque je l'ai vue. Alors que j'errais, devenue sourde par l'explosion, il est arrivé dans une camionnette avec une bande de scientifiques bafoués.  

La serveuse arriva avec nos assiettes et je me tus le temps qu'elle dépose ma salade et mon steak. Je piquais dans la viande et goûtais un morceau. Saignante, parfait.

- Le reste... Vous avez cas ouvrir la porte de vos labos pour savoir ce qui s'est passé. A l'exception que c'était pas aussi luxueux.

Je soupirais, espérant que cela suffise. C'était la première personne en douze ans qui en savait autant sur moi, c'était presque terrifiant. Ou plutôt, ça me rappelait que j'étais bien seule. Il y avait bien Rhyme, mais elle-même ne savait pas qui j'étais.

- Pourquoi aurait-il tué Wyatt ? Ce n'est pas avec des techniques de flic classique qu'on va l'avoir.  

Pas besoin d'être un génie pour le savoir. Mais est-ce que j'étais prête à me lancer dans une telle traque ? J'allais peut-être jouer ma vie à tout ça.

Il fallait que j'y réfléchisse, c'était sûr.

                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniel Helm
Aventurier
Âge : 47
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Aucun
Analyses : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Fév 2016 - 20:27
Avec un calme étonnant, Tempérance m'expliqua son expérience avec Jameson tout en restant terriblement évasive. Finalement je n'apprenais rien de réellement nouveau et de grandes zones d'ombres subsistaient quant-à son sujet. Un bombardement en Allemagne ? Mama ? Non je n'en avais pas entendu parlé de ces incidents mais j'avais vécu plus de 28 ans coupé de la civilisation, loin de toutes choses. Je ne pouvais que hocher la tête pour ne pas avoir l'air d'un imbécile ayant oublier d'apprendre ses cours d'histoires.
Dans un même temps la serveuse nous ramenait nos plats, j'en prenais un morceau en même temps que Tempérance. Elle semblait satisfaite, et moi aussi. Finalement elle finissait son histoire et soupirait une dernière fois, me faisant clairement comprendre que cela l'agacée d'en parler autant.

-Pourquoi aurait-il tué Wyatt ? Ce n'est pas avec des techniques de flic classique qu'on va l'avoir.  

La question était compréhensible. Et la remarque terriblement vraie. J'avais déjà fini ma seconde drogue et je me retenais d'en faire griller une troisième...

-Jameson n'a pas besoin d'un motif pour tuer. Sa relation avec mon frère était explosive et je ne vois ici que l'expression puérile de sa petite vengeance... Il l'a agacé, alors il l'a tué. C'est aussi simple que ça.

Cette réponse, ne semblait pas étonner la jeune femme. Cela m'arrangeait. Il serait inutile de lui donner la définition de ce qu'un psychopathe fou à lier.

-Pour ce qui est de votre remarque à son égard... Je ne peux qu'être d'accord avec vous. Cependant comme je l'ai dit précédemment il n'est en aucun cas devenu un Dieu ou quoi que ce soit d'autre. C'est un mortel et il a besoin de dormir, de manger et surtout, il est réactif au stress. A l'heure d'aujourd'hui c'est un fugitif hautement recherché mais personne ne sait où il se terre. Le but est simple : Nous devons trouver sa planque et le traquer, encore et encore, peu importe les pertes, jusqu'à ce que sa patience soit à sa limite. A ce moment là, il montrera tout ce qu'il à. Il nous faudra un maximum de cobaye pour temporiser et évité les pertes, des cobayes endurants et si possible y aller par roulement. Il finira par tomber de fatigue, par la suite nous aviserons, même si nous devons l'enfermer pour l'éternité au plus profond de L'Aurora.

Le plan était monstrueusement simple, monstrueusement inhumain car il pouvait engendrer d'immenses pertes humaines... Je regardais à présent Tempérance avec un regard peiné. C'était le meilleur plan que j'avais, et paradoxalement je le détestais. Mais Jameson venait de déclarer la guerre à la Corporation et je ne pouvais pas laisser passer ça. Et dans un ultime recours... J'avais une dernière carte à jouer contre lui.

-Il faut que vous compreniez que pour Jameson nous avons autant de valeur que des insectes. Et qu'une centaines de morts pour procéder à sa capture seront toujours mieux que des milliers répartis sur plusieurs années... Si vous avez une autre solution, je vous écoute.


Ce que j'énonçais risquais de me la mettre à dos. Je raisonnais exactement comme mon frère. Comme un être inhumain. Mais que pouvais-je dire de plus ? Que pouvais-je faire alors que moi, je n'étais qu'un simple homme sans aucune force ? Je n'avais pas la force de caractère de mon frère, ni l'intelligence de ma sœur. J'étais le raté de la lignée Helm. Je n'étais rien... mais désormais... J'avais acquis une sagesse que personne dans ma famille ne détenait. J'avais acquis ma propre force, mes propres convictions et malgré le fait que je soit indirectement lié à l'origine de l'entreprise la plus diabolique du monde, je détenais un pouvoir unique : Celui de changer les choses. Celui d'offrir un futur à tous le monde en réalisant le moins de sacrifice possible.




-Dans cette histoire, je ne sais pas qui a raison. Mais je sais que tous le monde a tort.-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Fév 2016 - 11:13





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Les voix du Silence

"Goddamn right, you should be scared of me... Who is in control ?"



Je continuais de manger en l'écoutant parler. Ce qui était bien avec ce type, c'était qu'il faisait la conversation pour deux. J'avais juste besoin d'hocher la tête de temps en temps et cela le relançait pour au moins une minute.

Cela ne me permettait de me concentrer. De comprendre et d'envisager la suite. La façon dont il présentait la suite était convaincante, sans aucun doute. C'était un excellent orateur, cela allait de soi, mais ce qu'il me demandait était... soudain. Je m'attendais depuis longtemps à me venger de cette pourriture, mais lui courir après, me lancer dans cette traque, c'était m'assurer une liberté ou une fin tragique. La perspective de mourir ne m'avait jamais gêné, tout le monde meurt. Mais je ne voulais pas mourir de la main du mec qui hantait mes cauchemars d'enfant.  

Mais j'étais plus forte que les cobayes qui grouillaient dans son laboratoire. Certes, je devais dormir beaucoup et mes capacités n'étaient qu'exploitables à fond que pendant six heures, mais j'avais la force, l'ouïe, la rapidité et je pouvais prédire les mouvements en me projetant dans la tête de mon adversaire. Je pouvais me lancer dans cette traque et avec un peu de renfort arriver à bout de ce type. C'était prétentieux, mais la prétention était tout ce qu'il m'avait laissé. J'avais la prétention de vivre et je pouvais bien prétendre pouvoir mettre fin à sa vie.

Je levais les yeux vers Daniel Helm.

- J'irai seule. J'accepte d'avoir de l'aide pour sa traque, mais je m'en occuperai seule. Pas de perte inutile.  

Je me passais la main dans les cheveux.

- Je veux l'avoir autant que vous. Mais je ne souhaite pas qu'il s'échappe à nouveau. Si j'échoue, vous devez vous en charger.

Je ne m'étais pas rendue compte que je venais de casser la fourchette en la serrant dans mon poing. Je soupirais et jetais la fourchette dans un mouvement d'agacement.

- Je suis désolée. Je m'emporte. Mais je n'ai rien dans la vie, alors autant que je serve à quelque chose.

Je secouais la tête avec un sourire, fataliste.

                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniel Helm
Aventurier
Âge : 47
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Aucun
Analyses : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Fév 2016 - 22:00
J'avais fini mon repas et je pouvais dire que mon estomac était comblé. il était rare que l'on mange aussi bien dans un lieu qui ne se voulait même pas gastronomique.
Mon verre aussi était vide... Pour la troisième fois je ne pouvais pas nier que je commençais à ressentir les effets de l'alcool, aussi décidais-je de ne pas continuer à boire.
J'avais écouté Tempérance avec la plus grand attention. Je pensais que j'avais une discussion intéressante avec une belle rousse mais finalement je me retrouvais avec une espèce d'enfant égoïste qui me parlait très clairement de suicide.
Je m'en faisais griller une. J'inspirais la fumée tout en levant les yeux vers le plafond où j'expirais un gros nuage de fumée. Le nuage là, n'était pas réconfortant, Il était dans l'obscurité du plafond. Il n'était pas réconfortant.

-Je crois que vous ne m'avez pas bien compris.

Je baissais la tête, de sorte à fixer mon interlocutrice droit dans les yeux. 

-Y aller seule ? Vous êtes stupide ou quoi ? Vous n'avez aucune chance. C'est du suicide.

La température de la pièce qui était auparavant si douce était à présent dérangeante, elle pesait sur nous comme l'un de ces jours orageux où l'air chaud est prisonnier au sol. 

-Je ne veux pas votre mort. Pas plus que celle d'autres personnes. Vous l'avez dit vous même non ? pas de perte inutile. Laissez tomber mon plan.

Je touchais la tempe de mon oeil gauche. Cela marchait sur de nombreux cobayes mais... Malin comme il était, Jameson devait y avoir trouvé une parade... Cependant... Les coups de poker, c'étaient un peu ce qui rythmais ma vie.

-J'ai peut-être une solution. Juste nous deux... Je suis même pas certain que ça fonctionne et je ne peux pas vous en dire plus. Pour commencer, il faut le trouver. Et je n'ai aucune idée d'où commencer...

Je poussais mon assiette et déposais un gros billet (bien plus que le prix du repas) sur la table. Je m'étirais pour me mettre un coup de fouet.

-Pour l'instant on devrait se reposer ! Je vous raccompagne ? Où vous voulez faire quelque chose en particulier ?




-Dans cette histoire, je ne sais pas qui a raison. Mais je sais que tous le monde a tort.-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Fév 2016 - 21:56





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Les voix du Silence

"Goddamn right, you should be scared of me... Who is in control ?"



Alors que je l'écoutais, la fatigue me saisit avec force.

C'était toujours les mêmes signes précurseurs avant que je ne puisse rien faire. La migraine se pointa avec force et je sentis le goût métallique du sang envahir ma bouche et les bruits devenaient confus. Il me fallut reprendre contenance alors que j'entendais des pensées à droite et à gauche. Je n'étais pas en mesure de répliquer, ni de penser correctement, j'avais un besoin urgent de retrouver mon lit et de poser un jour de congé.

Je respirais un bon coup et hochais la tête.

- Ok, je marche. Je veux bien que vous me raccompagnez. 

J'offris un sourire.





                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» PAS: Inauguration d’un restaurant communautaire à Delmas
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Code du territoire : Z-A :: La Grande Ville-
Sauter vers: