AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  Partenaires  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Code du territoire : Z-Δ :: Le Territoire Delta - le Vide-Ordures Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Collaborations sentimentalement ironiques...[Part II] [Daniel - Tempérance]

avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Fév 2016 - 19:35





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Collaborations sentimentalement ironiques... [Part II]

"You'll never meet my mom,
Strings will never be attached,
We'll always get along,
'Cause it doesn't have to last,"




Je me doutais que l’opération n’allait pas être des plus simples. Ce type semblait contenir en lui une rage qui se pouvait être explosif et je n’avais pas eu besoin de lire ses pensées pour le comprendre. De toute façon, j’étais de nature un peu rude, donc c’était le genre d’endroit qui me demandait un calme olympique pour ne pas en coller une ou deux. J’avais malheureusement dû plus d’une fois jouer les infiltrés dans des bordels et je m’arrangeais toujours pour me soustraire à la réalité du lieu en me contentant de collecter mes informations et de déguerpir avant une ou deux bagarres.

Cependant, retrouver ce lieu de décadence et de vices m’animait d’un sentiment de devoir inéluctablement lié au fait que la plupart de ces filles n’étaient sûrement pas majeures et qu’elles devaient se sentir emprisonner dans cette vie peu saine. J’avais eu l’extrême chance de ne pas me faire violer pendant mes années de détentions, même si je n’avais pas pu éviter tous les pervers qui défilaient devant ma cage, j’avais échappé au pire. Mais ce que faisait la plupart de ces filles pour leur proxénète me donnait un arrière goût de vengeance et d’injustice. Un goût bien trop familier pour quelqu’un qui avait passé son adolescence dans les bas-fonds de l’humanité.

A côté de moi, Daniel Helm se tenait de toute sa hauteur et j’admirais discrètement ses cheveux blancs qui avaient pris une teinte violette à cause du néon douteux encore allumé. L’aube se profilait encore, mais il n’y avait pas d’heure pour le plaisir et nous voyions déjà défiler des hommes. Pour l’occasion et me fondre dans le décor, j’avais dû opter pour une jupe noir et un débardeur rouge qui dévoilait mes tatouages. J’avais laissé mes cheveux détachés et avais fait l’effort de mettre un trait de crayon en un temps record pour ne pas perdre une possibilité d’information. Je n’aimais pas ce genre de tenue, cela me donnait l’impression d’être à nue, même si le pire restait le regard qu’on me jetait quand on me voyait. J’avais eu l’habitude d’être considérée comme une moins que rien, comme un objet d’expérience, alors sentir ses regards malsains et intrigués sur ma peau me donnaient l’impression étouffante d’être une proie. Mais je m’étais fait une raison, surtout que c’était moi qui aurais toujours le dessus, sans aucun doute.

Je me tournais vers Daniel.

- Elle s’appelle Mia. Elle est cessée être de service à cette heure-ci. Elle n’acceptera de nous parler que si on donne le change...

Je plissais les yeux puis me décidait de préciser.

- ... Si on se fait passé pour un couple venu pour des services.

Cet homme avait le double de mon âge et je me doutais qu’il m’avait sans doute compris, mais il valait mieux préciser. Après tout, il fallait qu’il joue le jeu s’il voulait qu’on passe à l’étape supérieure. Je soufflais doucement, remettant une mèche de cheveux en place, je m’abstenais de lire dans ses pensées par… Par simple curiosité. Je n’avais pas honte à dire que je voulais voir ce qu’il pensait de moi ou de l’idée de devoir jouer les couples.

Je pris une inspiration, glissais doucement ma main dans la sienne, grande et froide et me collais un peu contre lui avant de marcher.

- Bienvenue dans le temple du Diable.



                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniel Helm
Aventurier
Âge : 47
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Aucun
Analyses : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Fév 2016 - 21:20
Collaborations sentimentales ironiques...
Drug, Sex and boobs


Tempérance avait opté pour une tenue assez provocante alors que je n'avais même pas pris la peine de me changer.
Comme l'avait si bien relevée ma camarade, nous nous trouvions dans le temple du diable, le pêché de la luxure y était roi mais à ce moment j'étais plutôt concentré sur la main que ma fausse ''copine'' avait glissée dans la mienne et à son corps qu'elle pressait légèrement contre moi. Elle était beaucoup plus chaude que moi qui peinait à récupérer la chaleur corporelle s'étant évadée lors de ma petite balade en hélicoptère. La sensation était loin d'être désagréable, elle me réchauffait jusque dans le tréfonds de mon âme... Du moins jusqu'à ce que l'on passe de l'autre côté de la porte menant au hall principal.
C'était une grande salle plongée dans une semi-obscurité par une lumière violacée et une musique bien trop forte à mon goût ''Certainement pour couvrir quelques cris de détresse'' pensais-je avant de jeter un regard furtif vers la femme à mes côtés qui semblait relativement calme... Se retenait-elle ? Je ne sentais aucune émotion émanant d'elle malgré cela elle était... Terriblement attirante... Et ça me gênais énormément. Pas elle, mais plutôt les dizaines de regards qui se posaient sur elle, tentant de la déshabiller avec leurs simples imaginations même si je doutais qu'ils puissent réaliser une telle prouesse face à une aussi jolie femme.
Mais elle n'était pas la seule à être une proie car aussitôt après quelqu'un me bousculait sur le côté gauche et m'agrippait le bras. Je tournais la tête pour voir l'auteur du forfait et je tombais nez à nez avec une femme plus petite que moi, jeune... Et incroyablement belle. Elle possédait d'immense cheveux noir d'ébènes lui descendant jusqu'en bas des fesses et une mèche amplifiant cette impression d'une chevelure parfaite, ses yeux était aussi expressif que son visage qui exprimait une joie immense... Elle n'était visiblement pas dans son état normal. Elle pressait son corps contre le bras qu'elle avait attrapé. Elle ne portait aucun vêtements... Son corps aussi n'avait rien à envier à son visage et la lumière violacée s'occupait de cacher les quelques imperfections qui aurait pu s'y trouver.


-Salut mon mignon. Tu voudrais pas plutôt jouer avec moi ? Je suis sur que je suis mieux que ta salope. Puis si jamais tu sais si jamais j'aime bien les femmes aussi !


Je relevais la tête et admirait la scène. Plusieurs prostitués dansaient sur des barres, une quantités astronomique d'hommes glissaient des billets dans le seul vêtements qu'elles portaient : un string. D'autres étaient simplement en plein acte. Rarement seul. Je n'y avais pas prêté attention jusqu'ici mais il faisait soudainement très chaud et l'odeur était... Spéciale... Bestiale. Je faisais une grimace que la fille remarquait soudainement.


-L'odeur de la chatte te dérange ?


-J'aurais plutôt dit celui d'hommes ayant oublié de laver leurs engins depuis déjà plusieurs jours.


La femme se mit à rire à plein poumons avant de se reprendre et de me fixer avec son sourire le plus charmeur.


-Ahaha ! C'est bien vrai ça ! Je vais aller prendre une douche avant de revenir ! A tout de suite mon salaud !


Et elle s'éclipsait dans la masse de personne. Son vocabulaire était en totale contradiction avec son physique angélique... Ce genre de parole cru... Ca correspondait mieux à celle qui se tenait à ma droite. J'eus un sourire en y pensant et lui jetais un regard amical. Elle me rendait mon regard.


-Charmant.


Je parlais évidemment du fait qu'elle m'aborde alors que je n'étais certainement pas son premier client entre deux douches... C'est pas les MST qui devaient manquer ici.


-Et... Tu as une idée de où trouver ton bout de viande ? Une piste ? Peut-être que...


Un homme se mit dans mon chemin... Délibérément. Il était plus grand que moi, monstrueusement musclé... Mais surtout... Son engin pendait dans le vide.


-Hey toi. Elle est mignonne celle que tu as trouvé. Tu partages ?


-Navré. Elle n'accepte que les hommes bien membrés.





-Dans cette histoire, je ne sais pas qui a raison. Mais je sais que tous le monde a tort.-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Fév 2016 - 21:56





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Collaborations sentimentalement ironiques... [Part II]

"You'll never meet my mom,
Strings will never be attached,
We'll always get along,
'Cause it doesn't have to last,"




Je ne m'étais pas rendue compte que je m'étais presque crispée quand la jeune femme l'avait abordé. Jeune femme dont les pensées étaient aussi vide que son regard. Je n'avais pas pitié d'elle, j'avais plutôt l'envie farouche de la sortir d'ici, mais il était trop tard. Elle était déjà dépendante et elle avait un gosse qu'elle devait nourrir et dont elle allait devoir payer en nature la baby-sitter.

Je sortis de sa tête assez rapidement, peu désireuse de connaître la suite. Je me concentrais sur l'endroit qui sentait la transpirations et les effluves peu attrayantes des ébats qui se jouaient sans arrêt dans tous les coins. Les poubelles débordaient de préservatif et de différents objets cassés dont je ne souhaitais pas m'interroger sur leur utilité. Il y a avait un bar où se dandinait des femmes en petites tenues ou dévêtues et dont le barman ne perdait pas une miette. Dans un coin de l'entrée, plusieurs hommes baladaient leurs mains sur une femme dont on voyait juste les cheveux blonds. Je détournais le regard pour voir un homme sortir d'un couloir, entièrement nu et s'arrêter juste en face de nous. Il me lorgna d'une façon scandaleuse et demanda à Daniel si j'étais intéressée.

Sa réponse me fit rire, ce qui ne plut pas du tout à l'homme qui fronça les sourcils.

- Allez, c'est pas un vieillard comme lui qui va te faire plaisir.

Je lançais un sourire amusé.

- Oh, mais t'en fais pas pour ça. Il tient même le rythme.  

Sur ce détail peu élégant, je tirais Daniel vers le couloir. Parcourant les pensées des hommes et des femmes qui n'étaient en pleine acte, j'essayais de capter la voix de Mia. Exercice compliqué et peu pratique quand le plupart des choses que j'entendais n'étaient du tout agréable. Plus d'une fois, je surpris des pensées qui envisageaient sérieusement de m'attraper dans un coin ou encore Daniel, hommes ou femmes.

Finalement, je n'eus pas besoin d'écouter des pensées, j'entendis son nom se faire hurler dans une des pièces de fond du couloir, près de l'escalier. Je m'approchais donc avec Daniel vers la pièce et y jeta un coup d'oeil rapide pour voir si on pouvait s'entretenir en privé tranquillement, mais elle n'avait pas terminé. Il allait falloir attendre le temps que l'homme sorte.

Le seul soucis étant que nous ne pouvions pas rester les bras ballants ou nous allions nous faire mettre dehors. Je soupirais, tournais mon visage vers un couple qui venait de sortir d'une des chambres voisine avant de me concentrer sur Daniel. M'appuyant contre le mur, je l'attirais à moi, collant mon corps contre le sien. Je fis un tour dans les pensées de Mia pour voir où elle en était.

- Trois minutes, voir moins. En attendant, essayes de faire semblant d'être intéressé par moi.

Je me rendis seulement compte à cet instant de la situation et je me sentis frissonner en pensant que cela pouvait vite déraper dans un autre contexte. L'idée me plaisait furieusement et je dû prendre une inspiration pour me concentrer sur mon compagnon d'infortune. Mon regard tomba sur sa bouche, si blanche. Je plissais doucement les yeux et me mordis la lèvre.

J'espérais que Mia avait bientôt fini.

                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniel Helm
Aventurier
Âge : 47
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Aucun
Analyses : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Fév 2016 - 22:42
Collaborations sentimentales ironiques...
Stolen kiss


D'une manière particulièrement provocante et étonnante Tempérance s'arrangea pour esquiver le gaillard, soulignant le fait que pour un vieux, je tenais bien le rythme. Je souriais intérieurement... Jaune. Qui était vieux ici ? Je n'ai que... 47 ans... Peu importe je fais encore la trentaine autant dans la santé que dans le physique ! Je n'étais pas vieux !
Je passais un moment à ruminer dans mon coin à propos de mon âge alors que ma compagne me baladais à travers la foule à la recherche de sa salope qui semblait un long moment introuvable avant que soudainement elle ne change de direction, ayant visiblement une piste.
Nous nous retrouvions au fond du couloir près d'un escalier. Elle jetait un furtif coup d’œil dans la pièce qui semblait contenir notre cible. Enfin ! Nous allions pouvoir quitter ce lieu avec des informations intéressantes ! Je jubilais à l'idée du bon gros joint que j'allais pouvoir me rouler une fois sortis de ce désagréable endroit mais il semblerait que Tempérance en avait décidée autrement.


Elle s'adossait contre un mur et m'attirais à elle et se collait complètement contre moi. Je n'avais pas eu le temps d'exprimer mon désaccord que mes mots se perdaient dans la gêne occasionné cet acte. Pour une raison que j'ignorais je ne ressentais rien avec la précédente jeune fille, mais là, j'étais partiellement mal à l'aise. Mais je savais garder mon sang froid et je reprenais mes esprits presque aussitôt en essayant de comprendre le sens de son acte mais elle y répondait aussitôt.


Trois minutes, voir moins. En attendant, essais de faire semblant d'être intéressé par moi. 


Il n'était pas difficile de comprendre que cette ''Mia'' était avec un client. Si nous attendions bêtement comme des demeurés nous nous ferions très certainement remarquer et être foutu dehors si près du but était pour moi aussi quelque chose qui ne me ferait pas spécialement plaisir.
Aussi le sérieux de la situation prit totalement le dessus sur ma gêne et la remarque de Tempérance me fit sourire. Je jetais un œil autour de moi et remarquais que l'un des gorilles nous observaient... Avions nous l'air déjà suspect ? Je retournais à ma rousse que je fixais d'un œil sérieux, toujours avec mon sourire en coin.


-Je risque d'avoir du mal à faire semblant !


Elle me fixait très brièvement d'un regard interrogateur que je devinais certainement passer à la surprise au moment ou je posais mes lèvres sur les siennes.
C'était clairement une agression, mais ce n'était qu'un simple smack. Un truc courant dans certains pays pensais-je pour diminuer la portée de mon acte... Peu importe, si elle était du genre rancunière, j'allais très certainement le payer dès que l'on serait sorti de ce bâtiment...
Je pense surtout que elle même ne si attendait très certainement pas.
Alors que je l'embrassais toujours je tournais mon unique œil vers le videur qui me fixait encore un moment... Avant de se retourner et de disparaître dans la foule.
Un homme venait aussi de sortir de la chambre que nous voulions pénétrés...
Déjà 3 minutes ? Ou alors le bonhomme était un sacré précoces... Ou la nana la dedans une sacrée pro !... Il était toujours possible que je n'ai que très peu la notion du temps aussi... Surtout en ce moment.





-Dans cette histoire, je ne sais pas qui a raison. Mais je sais que tous le monde a tort.-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Fév 2016 - 11:51





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Collaborations sentimentalement ironiques... [Part II]

"You'll never meet my mom,
Strings will never be attached,
We'll always get along,
'Cause it doesn't have to last,"




Oh.

Je m'étais préparée à cette éventualité, mais je ne m'attendais clairement pas à cet effet là. Quand ses lèvres écrasèrent les miennes, je sentis toute la provocation et ce qui pouvait s'apparenter à de la passion émaner de ce contact direct. Mon espace personnel était empiété et je sentais l'électricité de l'endroit s'insinuer sous ma peau, m'arrachant un frisson que je maîtrisais à temps. S'il y avait une chose que savait faire Daniel Helm, était effectivement donner le change.

Il me fallut du courage pour ne pas le rattraper quand il me lâcha une fois la voie libre. Mais instinctivement, je redevins professionnelle tout en me gravant l'instant en mémoire en le classant à suivre. Me passant la main dans les cheveux, pénétrant dans la pièce étouffante où l'odeur était horrible et m'aurait sûrement donné la nausée si je n'y avais pas prêté attention. Là était le désavantage d'un cobaye avec les sens hyper-développés, chaque petite sensation désagréable devenait une nausée assurée.

Les murs bétons qui moisissaient, le lustre et sa lumière aveuglante, le canapé et le lit sans drap, cette pièce ressemblait à un squat de toxicos en manque. Sur le canapé beige se tenait une jeune fille aux cheveux teints en bleu qui terminaient d'enfiler un peignoir rouge. Elle se leva la tête et quand elle me vit, son visage s'illumina instantanément.

- Laure ! S'exclama-t-elle en se précipitant vers moi.

Elle m'enlaça et m'épargnait la bise avec une certaine reconnaissance de ma part. Sa joie était sincère, après tout j'avais sauvé sa petite sœur lors d'une prise d'otage dans un ancien bordel que j'avais infiltré pour appréhender deux trois personnes. Je lui avais donné le prénom de Laure et bien qu'elle se doutait que je n'étais pas une prostituée, elle pensait que je bossais pour la Mafia. Je n'avais jamais démenti et j'utilisais de temps en temps son réseau de contact pour trouver ce que je voulais. Bien que ce genre de job ne faisait pas partie de mon travail au sein de l'Unité d'Intervention d'Élite, mais j'étais la seule flic à ressembler à un gangster, donc la conclusion pour mes supérieurs avaient vite été faite.

Mia détailla rapidement derrière-moi Daniel qui était resté muet. Elle reporta ses yeux bleus vers moi et m'offrit un sourire. C'était une belle fille qui n'avait pas eu de chance avec la vie et après le diagnostique de son cancer, elle avait fait le choix de gagner vite du fric pour assurer l'avenir de sa petite sœur. Elle avait pourtant bonne mine, mais elle devait prendre de plus en plus de "congés" pour récupérer et essayer de se soigner. Je ne lui donnais pas trois mois. Malgré sa position sociale et sa profession, je la respectais et c'était déjà très significatif, même si ces choix n'étaient sans doute pas les meilleurs.

- Cela fait un moment que je en t'ai pas vue, poupée rousse. J'aimerais bien que tu me rendes visite plus souvent et pas que pour avoir des informations ! Lança-t-elle avec énergie en nous entraînant sur le canapé.

" Surtout que je en sais pas écrire un testament, donc il va falloir qu'elle m'aide. Ah lala.

Je me fis la promesse de repasser la semaine prochaine. Je n'aimais pas m'impliquer avec mes indics, mais c'était différent avec elle puisque cela ne m'engageait à rien. Si j'avais eu les moyens de la faire sortir de là, je l'aurais fait, mais elle était trop précieuse pour nos services et ça me dégoûtait assez de l'exploiter comme ça. D'un geste professionnel, elle fit asseoir Daniel sur le canapé et s'assit à côté de lui en enroulant son bras autour du sien. Me retenant de soupirer, je m'assis sur les genoux de Daniel et posais ma tête contre son torse, faisant face à Mia. De la porte, cela pouvait sembler être un échange intime.

- Merci de nous recevoir. Je suis désolée de ne pas être venue avant, je reviendrai.

"Je n'en doute pas. Ou en tout cas j'espère. "

Elle m'offrit un sourire entendu. Contre ma joue, je sentais la poitrine de Daniel se soulever et je me retenais de fermer les yeux pour profiter de cet instant. Chaque chose en son temps et pour l'instant, c'était des informations qu'il nous fallait.

- Tu sais pourquoi on est ici.

Elle chassa une mouche de la main et fixa Daniel.

- Effectivement. En tout cas, tu devrais ramener des hommes comme ça plus souvent. Un de tes collègues ? Vous couchez ensemble ? Si non, il serait temps de s'y mettre, la vie est courte !
- Mia ! Soufflais-je.
- Oui, oui. Je sais, allons à l'essentiel. Bon, il y a un de mes clients réguliers qui fournis du matos au marché noir. Je crois que c'est du médical, tu vois ?
- Oui, continue.

Elle souffla et regardait à nouveau Daniel. Un passage dans sa tête me fit comprendre qu'elle avait un doute sur lui. Elle était persuader de l'avoir déjà vue et cela ne lui inspirait pas confiance. En même temps, ce type était sûrement déjà passé à la télé vue sa position sociale et je me doutais que ça aurait pu être problématique. Je souris alors.

- Mia. Je n'amènerai jamais quelqu'un en qui je n'ai pas confiance.

C'était un mensonge, je n'avais pas plus confiance en Daniel qu'avant, mais je faisais avec. Et cela sembla marcher puisqu'elle tourna la tête vers moi.

- Ok. Ce type... Il a eu une grosse commande de médoc et de matériels, de quoi monter un laboratoire clandestin, d'après ce qu'il disait. Mais bon, ça n'a pas beaucoup de valeur, il a peut-être raconté n'importe quoi. Cependant, j'ai cru comprendre que son client était un vieux fou flippant.

C'était mieux que rien. Il ne nous manquait plus que le nom...


                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniel Helm
Aventurier
Âge : 47
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Aucun
Analyses : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 28 Fév 2016 - 19:14
Collaborations sentimentales ironiques...
Here I come the money !


Alors je me reculais, Tempérance me fixait un long moment, peut-être sous l'incompréhension, avant de reprendre ses esprits et de m'attirer dans la salle.
La pièce ne ressemblait pas vraiment à une chambre cinq étoiles mais semblait plutôt un lieu à l'abandon dans lequel on aurait jeté sans ménagement un canapé usé, un vieux matelas à ressort certainement peu confortable, et une vide couilles à la chevelure bleu. L'odeur était désagréable, la chaleur amplifiant cette sensation.
La prostituée discutait avec Rance de choses auxquelles je ne faisais pas attention, j'étais bien trop préoccupé par l’inconfort que commençais à m'apporter les lieux aussi, je déboutonnais le premier bouton du haut de ma chemise blanche qui me tenait bien trop chaud. Nous étions en hiver, je n'étais pas dans le meilleur des costumes pour une telle chaleur.
Mia m'attrapait et me faisais m’asseoir sur ce qu'il restait d'un canapé au revêtements beige foncé qui se déchirait par endroit et laissais apparaître la mousse jaune du rembourrage. Il n'était pas confortable mais c'était toujours mieux que le lit qui, vu de plus près, était maculés de tâches dont je ne voulais pas connaître la provenance. Elle se mit à mes côtés et attrapait mon bras droit, le pressant contre elle. Son peignoir rougeâtre s'en allait mais je n'y prêtais pas attention. Tempérance quant-à elle s'asseyait sur mes genoux et reposait sa tête sur mon torse. Je savais qu'il y avait un certain écart entre nos tailles mais, comme ça, elle avait l'air vraiment plus petite que moi... Presque fragile. Elle avait la tête tourné vers son amie et continuais la discussion précédente.
Moi, je ne faisais pas spécialement attention. Avec mon bras valide j'enlaçais la taille de ma compagne et fixais l'entrée de la pièce où de nombreuses personnes défilaient... Si quelqu'un décidait d'entrer avec une arme automatique, je ne donnais pas cher de notre peau.

Je chassais cette idée de mon esprit. J'étais visiblement à vif à cause de l'ambiance et il ne fallait surtout pas que je perde mon calme... je pouvais entendre quelques hurlements dans la salle juste au dessus... Même si ils étaient plutôt étouffé je devinais sans problème qu'il n'était pas question de plaisir. Il m'était difficile d'y faire abstraction aussi décidais-je faire un peu plus attention à la conversation.


Il était question de matériaux médical, de quoi monter un laboratoire dans le noir, et surtout, d'un vieux fou. Jameson n'était pas quelqu'un de spécialement vieux mais sa peau craquelée lui donner l'apparence de quelque chose de moins humains on pouvait donc croire, pour se rassurer, qu'il était simplement plutôt âgé. Les informations étaient plutôt intéressante même si je devinais qu'il y avait beaucoup de laboratoire clandestin dans le milieu, on pourra toujours mettre fin à l'agissement de quelques salopards faisant le tour des écoles primaires à la recherche d'organes frais. Je lâchais des yeux l'entrée et jetais mon dévolu sur Mia, dont je n'apercevais que le cuir chevelu et un nichon.


-Tu as une idée du nom de ce vieux fou flippant ? Lui demandais-je


Elle relevait la tête pour me fixer dans les yeux. Elle me souriait mais elle semblait visiblement intriguée par ma personne... Il était difficile de faire confiance à un parfait inconnu. Mais après m'avoir dévisagé longuement elle répondait


-Non. Mon client ne m'a rien dit.


-Dans ce cas... On pourraient avoir le nom de ton client ? On à quelques questions pour lui.


Son sourire avait disparu de son visage et je ne lui semblait visiblement pas amical. Je comprenais pourquoi, elle le dit elle même


-Tu sais. Le secret professionnel ce genre de chose... J'ai bien peur d'avoir oubliée le nom de mon client... Mais peut-être que si tu me laisses voir ce qu'il y a là dessous...


Son bras droit, dans un geste fluide, lâchait le mien et s'approchait de ma mèche de cheveux cachant le trou béant qui se trouvait dessous.
Je fus assez réactif. Je lâchais la taille de Tempérance et posais ma main à l'emplacement de ma mèche. La main de Mia rencontra la mienne et elle fit la moue.


-Je pense que j'ai de quoi te rendre la mémoire !


Avec cette même main, j'allais fouiller dans une de mes poches de chemises et en ressortait une liasse de billet... au hasard dont la somme m'étais inconnue. Mais peu importe, Mia s'en empara avec des étoiles dans les yeux en fixant les bouts de papiers


-Oh ! Tempérance ! Ton copain il sait parler au femme !


Elle compta rapidement et grossièrement ce que je lui avais donné avant de le cacher dans le rembourrage du canapé dont s'échappait de la poudre blanche en petite quantité... Je devinais sans peine que ce canapé avait appartenu à un boulanger... Évidemment...


-Joseph. Joseph Dubois.


Quel prénom de merde.





-Dans cette histoire, je ne sais pas qui a raison. Mais je sais que tous le monde a tort.-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 1 Mar 2016 - 22:19





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Collaborations sentimentalement ironiques... [Part II]

"You'll never meet my mom,
Strings will never be attached,
We'll always get along,
'Cause it doesn't have to last,"




Joseph Dubois.

Daniel avait raison en pensant que c'était un prénom de merde, mais je me contentais de caresser sa cuisse d'un air distrait. Le Docteur Joseph Dubois, d'après ce que je venais d'entendre dans la tête de Mia. Celle-ci se réjouissait aussi d'avoir récupéré beaucoup d'argent et j'aurais peut-être dû dire à Daniel qu'elle aurait accepté sans compensation financière. A la limite, j'aurais pu aussi lui dire qu'il fallait payer en nature, histoire de voir sa tête.

Cependant, j'étais assez contente d'avoir cette information. Cela nous donnait un nouvel objectif et j'avouais que j'avais rarement eu des enquêtes aussi palpitantes, même si je connaissais l'issu fatidique de cette chasse à l'homme. Je levais les yeux vers Daniel et rencontrais son regard. Me passant la main dans les cheveux, je soupirais. J'allais devoir dormir un peu dans la voiture sur le chemin parce que je risquais de ne pas tenir.

- Laure, il y a un des surveillants qui vient de passer deux fois devant la chambre... Murmura soudainement Mia, inquiète.

- Nous allions partir, de toute façon.  

Je vais me faire défoncée, c'est clair.

Je croisais son regard et je compris qu'on ne pouvait pas partir comme ça. Je repérais la fenêtre ouverte et fis un mouvement de la tête en direction de la fenêtre. Mia se retourna et la regarda, mais elle secoua la tête, réellement inquiète. Je soupirais et décidais de patienter deux minutes avant d'essayer de se sauver par la fenêtre.

- Deux minutes. On passera par la fenêtre.

Doucement, je m'installais à califourchon sur Daniel, passant mes bras autour de sa nuque et avec un mouvement de la tête, dégageais mon visage. Je croisais l'oeil de Daniel et lui offris un sourire purement provocateur avant d'écraser mes lèvres sur les siennes dans un baiser plus osé que le sien. J'entendis Mia rigoler et me dire combien j'étais sexy. Mais j'étais beaucoup... beaucoup trop prise dans la torpeur de ce baiser. Je sentais mon corps s'enflammer sous la violence de mes émotions qui s'entrechoquaient et je me collais un peu plus contre lui. Je sentais la fraîcheur de ses lèvres, ma langue s'entremêler avec la sienne et ma chair frissonner sous ce contact osé. L'air était électrique sous mes doigts et j'eus du mal à me reculer pour reprendre ma respiration, toujours à quelques centimètres de sa bouche.

- Si vous n'avez pas encore couché, ça ne serait tarder. Lança malicieusement Mia.
- Le ferme. Répondis-je en murmurant, le souffle irrégulier.

Il fallait qu'on se tire d'ici avant que je fasse une connerie.


                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Daniel Helm
Aventurier
Âge : 47
Masculin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Aucun
Analyses : 41
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mar 2016 - 15:14
Collaborations sentimentales ironiques...
French kiss


A présent nous avions des informations intéressantes qui pouvaient nous mettre sur la piste de Jameson, ainsi nous n'avions aucune raison de rester ne serait-ce qu'une seconde de plus dans ce trou à rat et j'étais assez impatient de pouvoir le quitter. Mais, comme à mon habitude, rien ne se passait comme prévu et les complications étaient mon pain quotidien.
Mia nous fit comprendre que des surveillants étaient déjà passés deux fois devant nous et le ton dans sa voix soulignait son inquiétude. J'avais déjà entendu parler de bordel mais celui-ci devait battre des records en terme d'inconfort, il n'y avait aucune intimité, principe qui devait pourtant tenir à cœur aux clients.




Tempérance, d'un mouvement de tête discret, désigna une fenêtre qui devait certainement donner sur une ruelle... Je ne comprenais pas vraiment... Pourquoi vouloir sortir comme des voleurs alors que nous étions entré de la manière la plus légale qui soit ? De toutes façons, Mia coupait court à ma réflexion en répondant physiquement par la négative. Je devinais que la prostituée ne devait pas être payée pour faire la discussion et que ce genre de comportement était totalement contre productif. Elle allait certainement avoir des remontrances par notre faute. A vrai dire elle me faisait de la peine cette fille et j'hésitais réellement à lui donner mon numéro pour lui offrir une seconde chance... A Aurora... En temps que cobayes. Mais je me ravisais. Si je faisais ça devant Rance elle allait très certainement le prendre mal. 




En parlant du loup, cette dernière donnait ''deux minutes'' à Mia avant qu'elle ne commence à s'agiter. Elle se mit lentement dans une autre position ; beaucoup plus gênante à mon sens ; à califourchon sur mes jambes. Elle passait ses bras derrières ma nuque avant de dégager son visage tout en l'approchant du mien. J'eu tout juste le temps de prononcer un "Euh..." à peine audible que ses lèvres se posaient à nouveau sur le miennes... Et elle ne se contentait pas d'un smack !
Ma surprise était totale et je me demandais si c'était une sorte de vengeance pour tout à l'heure ou si elle jouait à un jeu... Un jeu que je refuserais de perdre bien évidemment.
Je fermais les yeux et m'abandonnais totalement à la sensation de ses lèvres. J'étais assez détendu, à contrario je pouvais sentir le corps de la belle rousse se crisper, se coller à moi, elle devenait brûlante et tous ça passaient par ce baiser, cette chaleur était en telle contraste avec la fraîcheur de mon corps (bien que ma peau, elle, était réchauffée par l'ambiance du bordel je peinais toujours à récupéré ma chaleur corporelle) que l'effet était électrique. En un instant elle m'avait fait don d'une partie de sa chaleur et je me sentais terriblement bien. La balade glaciale en hélicoptère quelques heures plus tôt n'était plus qu'un lointain souvenir. J'étais dans une bulle, une bulle de chaleur, complètement coupé du monde.  Mia disait quelque chose, mais je ne l'entendais pas.





Finalement après un instant Rance coupait le contact. Ca m'avait semblé terriblement long et malgré tout, j'en voulais encore. 
Mia se moquait amicalement de son amie qui répondait bêtement par un ''La ferme''. Son visage toujours près du mien, je fixais ses yeux d'un vert magnifique. Je constatais qu'elle semblait avoir beaucoup plus de mal que moi à garder son sang-froid, peut-être que la fatigue que je lisais en elle y était pour quelque chose, mais cela me donnais terriblement envie de l'attaquer dessus. Je fronçais les sourcils et prenait un sourire moqueur.




-Celui-ci ne faisait pas très professionnel. C'était quoi ? Une prime de résultat ? l'interrogeais-je 




Je continuais à observer son visage, en retenant chaque détails de celui-ci. Elle semblait réellement et terriblement fatiguée ce qui ne faisais que renforcer son charme mais même si ça ne me dérangeait pas, nous ne pouvions pas rester éternellement comme ça.






-Dans cette histoire, je ne sais pas qui a raison. Mais je sais que tous le monde a tort.-
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Tempérance P. Van Enlise
Lieutenant de Police
Âge : 24
Féminin
Matricule : Gouvernemental
Profession : Lieutenant
Analyses : 64
Double-Identité(s) : Coralyne J. Marescotti
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 2 Mar 2016 - 19:01





₪۩۞۩Daniel₪۩۞۩₪

Collaborations sentimentalement ironiques... [Part II]

"You'll never meet my mom,
Strings will never be attached,
We'll always get along,
'Cause it doesn't have to last,"




Un mèche de mes cheveux me tombait dans les yeux et j'observais le visage de Daniel à travers le rideau roux. J'observais ses traits sans âge, ses lèvres légèrement rouge, sa peau pâle et ses cheveux blanc neige qui encadrait son regard unique et imperturbable. Quelque chose dans son apparence me laisser l'impression d'avoir été gravé dans du marbre. Il semblait être le dessin d'un peintre dément, une arme irrésistiblement fatidique et attirante. J'avais envie de caresser sa joue, sentir sous poul battre la mesure sous ma main, mais je fus sortie de ma torpeur.

J'étais toujours à quelques centimètres de lui, si près de son visage. J'avais presque oublié où nous étions et ce que nous devions faire. C'était à la fois étrange et perturbant. J'avais déjà eu envie d'un homme, comme tout être humain, mais je savais me contenir. Pourtant, ironiquement, je m'enflammais pour un rien ou plutôt, je m'enflammais à cause de ce Daniel Helm. J'étais partagée entre l'envie folle de le plaquer là et demander mon reste, et de l'autre côté, je voulais larguer ce type au bord d'une autoroute et de l'oublier. Cela m'irritait presque, mais là n'était pas la question. Je mettrais de l'ordre plus tard là-dedans.

- Celui-ci ne faisait pas très professionnel. C'était quoi ? Une prime de résultat ? Me lança-t-il, d'un sourire moqueur.

Je voyais son sourire s'étendre sur ses traits qui remontaient une de ses fossettes. Je me retenais de lui donner un coup de poing.  

- Il faudrait déjà que tu sois un pro. Et c'est très loin d'être le cas. Soufflais-je au creux de son oreille par pure provocation.

Je me redressais sur ses genoux en lui faisant un clin d'œil. Je me levais rapidement, me tournais vers la fenêtre et dans un mouvement rapide, me précipitais dehors sans jeter un regard à Mia ou à Daniel. La nausée qui commençait à me gagner me rendait sûrement un peu imprudente, mais il fallait qu'on se tire de là avant que je ne m'écroule parterre. Dehors, la ruelle sentait l'urine et des poubelles s'entassaient dans un coin. Celles-ci s'ajoutait même et je devinais des rats. Mais je ne pouvais pas les entendre, ma vision diminuait et mes capacités aussi.

En attendant que Daniel me rejoigne, je m'appuyais contre le mur en croisant les bras sur ma poitrine. Ma jupe s'était remontée et je la regardais avec mépris, me louant presque d'avoir pensé à emporter un jeans de rechange dans la voiture. Ma veste en cuir m'attendait aussi patiemment dans celle-ci et je me demandais où tout cela allait m'amener. Je parlais bien évidemment de cette enquête et sûrement un peu de Daniel.

Cependant, je ne pouvais pas me permettre de me faire un débrif maintenant. Celui-ci fini par me rejoindre et je lui tendis les clefs de ma voiture.

- Tu conduis, direction l'hôpital civil le plus proche. Pas de rayure ou je te descends. Fis-je sans sciller.  


                 

©Setsu Nekos


"Mon métier de flic est la seule chose qui me fait me lever le matin, même si je ne peux arrêter les vrais pourritures de ce monde."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Sujets similaires
-
» Like a flower [Daniel]
» Daniel Elie demande un audit de sa gestion
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Daniel Edouard, boxe ayisyen, chanpyon WBA pwa mwayen latin/ameriken
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Code du territoire : Z-Δ :: Le Territoire Delta - le Vide-Ordures-
Sauter vers: